Pour soupçons de détournements, les responsables de M’dina Bus interdits d’accès aux dépôts

08 Oct 2019 à 12:48 Société
Pour soupçons de détournements, les responsables de M’dina Bus interdits d’accès aux dépôts

La société délégataire du transport urbain à Casablanca, M’dina Bus, sort par la petite porte. Après la résiliation de son contrat en février dernier par le Conseil de la ville, pour notamment «non-respect des engagements et manque d’investissement», l’établissement de coopération intercommunale «Al Baida» (ECI) a lancé un appel d’offres qui a finalement été remporté par l’Espagnol Alsa.

Au plus grand bonheur des Casablancais le contrat de M’dina Bus prend fin le 31 octobre. Ladite société de transport, a non seulement longtemps fait souffrir les habitants de la métropole, mais a signé sur d’énormes failles et manquements dans sa gestion du transport urbain.

Outre l’état «désastreux» de ses bus, les machinistes de M’dina Bus ont observé plusieurs grèves au cours de ces dernières années, dont la dernière remonte aux 3 et 4 octobre, quand les chauffeurs de la société délégataire ont dénoncé le non-versement de leur salaire, ni de leurs cotisations CNSS, ainsi que la suspension de plusieurs de leurs confrères syndicalistes.

Joint par Hespress Fr, Aziz El Aâf, secrétaire général pour la région Casablanca-Settat de la confédération générale du travail (CGT) nous a expliqué que le Maire de la ville, Abdelaziz El Omari, les a rassurés en affirmant que le problème des cotisations CNSS sera réglé et les salaires versés courant de cette semaine, et qu’ils prendront leur fonction avec l’espagnol Alsa à la fin de ce mois-ci.

Mais le petit « Hic », poursuit notre interlocuteur, est que les machinistes devront continuer à travailler avec les anciens bus « hors d’état » de M’dina Bus pendant plus de 9 mois, jusqu’à l’arrivée des nouveaux véhicules, dont la livraison était initialement prévue pour le mois de juillet dernier.

Du côté de M’dina Bus, Aziz nous fait savoir qu’il y a des « choses qui ne tournent pas rond».

«Le président directeur général de M’dina bus, ainsi que le Directeur général et le Directeur des ressources humaines et quelques personnes de leur entourage sont interdits d’accès aux 4 centres et dépôts de la société (Hay Al Qods, Bernoussi, Maârif, Ben M’sik) », précise notre interlocuteur.

« La décision en a été prise par le Conseil de la ville« , ajoute-t-il.

Et pour cause, poursuit Aziz El Aâf, « des détournements de fonds ont été observés ce qui a poussé le Conseil de la ville à prendre cette décision, en attendant l’issue des enquêtes qui devraient être ouvertes. Normal quand le DRH touche 15 millions de centimes et les machinistes n’ont pas encore perçu leur salaire, il y a certainement détournement de fonds» .

Contacté par Hespress Fr, le département de communication du Conseil de la ville est resté injoignable durant toute la journée. Une affaire à suivre, surtout que les Casablancais devront attendre encore longtemps pour avoir leurs nouveaux Bus, en espérant que la nouvelle société délégataire honore ses engagements et soit à la hauteur de leur attentes.

Santé publique: Journée sans médecins ce lundi