PJD : Le Secrétariat général a discuté « PPS » et « avortement »

06 Oct 2019 à 14:40 Partis
PJD : Le Secrétariat général a discuté « PPS » et « avortement »

Le Secrétariat général du PJD a tenu sa réunion mensuelle, dans la soirée du samedi, dans un contexte marqué notamment par la décision du PPS de quitter le gouvernement, l’imminente publication des résultats des consultations pour un remaniement ministériel, ainsi que du débat sociétal initié récemment sur l’avortement avec une éventuelle révision du Code pénal.

Le parlementaire et secrétaire général adjoint du PJD, Souleimane El Amrani a déclaré au site officiel du parti que la réunion du Secrétariat général d’hier « s’est arrêtée sur la décision du parti PPS de quitter le gouvernement ». Le numéro 2 du parti a expliqué que « le PJD a de l’estime pour le PPS », et qu’il « respecte et se rend fier de son travail, sa coopération, et sa contribution à la marche de la construction démocratique et du développement ».

Souleïmane El Amrani a néanmoins décrit les résultats du vote du Comité central du Parti au Livre, approuvant la décision prise par le Bureau politique du PPS comme « une décision malheureuse, que [nous] respectons et considérons ».

Le même porte-parole a en outre qualifié devant le micro de PJD TV les dirigeants PPS de « frères » en insistant sur une « volonté de poursuivre les relations » entre les deux formations et de « travailler ensemble dans des espaces communs pour poursuivre la réforme ».

Sur une autre question, l’homme politique a révélé que le Secrétariat général du PJD a discuté de la question de l’avortement et de la position du parti à son égard. « Tous les membres du Secrétariat général ont affirmé que la position expliquée par Saâd-Eddine El Othmani, telle qu’évoquée la semaine dernière à Agadir, est ce qui encadre ce sujet », souligne El Amrani.

L’opinion du responsable qui s’est exprimé au nom du Secrétariat général est qu’« il y a eu un dialogue sociétal » au sujet de l’avortement, « suivi d’un arbitrage royal pour résoudre cette question à un certain niveau », et que finalement « un amendement du Code pénal aura lieu ». Ce qui encadrera l’avis du PJD sur ce sujet est « arbitrage royal », ponctue Souleïmane El Amrani.

Hirak : 33 organismes font un programme commun « pour la libération des détenus »