Les hauts diplômés de l’Education nationale en grève les 30 septembre et 1er octobre prochains

20 Sep 2019 à 16:48 Education
Les hauts diplômés de l’Education nationale en grève les 30 septembre et 1er octobre prochains

La Coordination nationale du personnel du ministère de l’Education nationale titulaire de hauts diplômes a annoncé une grève nationale les 30 septembre et 1er octobre prochains en exigeant principalement une « promotion » et un « changement du cadre de certification ». Les détails. 

En parallèle à la grève annoncée, La Coordination compte organiser différentes formes de protestation dans la capitale Rabat, les lundi et mardi 30 septembre et 1er octobre prochains. Elle exprime ainsi « sa profonde préoccupation devant le mépris systématique et délibéré des fonctionnaires du ministère de l’Éducation nationale par rapport à la lutte pacifique » que mène le personnel titulaire de hauts diplômes depuis janvier 2016, « afin de réaliser leurs droits justes et légitimes ».

La « promotion d’échelle » et le « changement du cadre référentiel de certification, conformément aux promotions d’avant décembre 2015 »,  sont les deux principaux points d’achoppement entre le ministère de tutelle et cette catégorie de son personnel. Le même collectif a souligné que ce débrayage intervient après « plus de 3 ans de lutte pacifique et responsable, dans le but d’alerter sur la situation des détenteurs de hauts diplômes dans le secteur de l’éducation nationale, et face à la politique de sourde oreille du gouvernement marocain »

La coordination appelle à cette occasion le gouvernement et le ministère de tutelle à « ouvrir un dialogue sérieux et responsable conduisant à un règlement juste et global pour les détenteurs de hauts diplômes » et à « supporter toutes les conséquences de cette intransigeance et de cette indifférence en trouvant solution à ce dossier qui a si longtemps duré ».

Les contestataires de la nouvelle approche conduite par le ministère sur le dossier du personnel titulaire de hauts diplômes, ont également condamné « toute forme de restriction du droit de grève par des retenues illégales sur les salaires, avec la considération de la grève comme une absence injustifiée », tout en affirmant leur « solidarité absolue avec toutes les catégories du corps éducatif concernées ».

Le prix des bonbonnes de gaz ne subira pas de changements