Pétrole saoudien: Montée fulgurante des prix du brut

16 Sep 2019 à 12:01 Monde
Pétrole saoudien: Montée fulgurante des prix du brut

Les prix de pétrole ont flambé en ce début de semaine, après les récentes attaques contre les infrastructures pétrolière saoudiennes. Une montée de près de 15% a été enregistrée au moment où plusieurs appels internationaux à la retenue ont été formulés. 

Alors que l’Arabie Saoudite a encaissé une réduction de sa production de brut de 5,7 millions de barils par jour, une quantité équivalente à près de 6% de l’approvisionnement mondial, les tensions ne cessent de monter entre les Etats-Unis et l’Iran, provoquant une hausse significative des prix du pétrole.

Lundi, selon l’agence Bloomberg, le baril américain de WTI a augmenté de 10,68% à 60,71 dollars et le baril de Brent de la mer du Nord est monté de 11,77% à 67,31. Pendant un bref moment, les prix du Brent ont enregistré une hausse de 20% et le WTI s’est placé à 15%. Pour Ipek Ozkardeskaya, analyste chez London Capital Group « c’est la plus grande perturbation ponctuelle de l’offre de pétrole de toute l’histoire ».

La hausse des prix du pétrole a été largement nourrie par l’escalade qui a suivi les attaques des sites de production de pétrole en Arabie Saoudite. En effet, les Etats-Unis se sont dit « prêts à riposter » aux attaques qui ont visé les installations pétrolières saoudiennes de la compagnie nationale Aramco. Pour Washington, pas de doute les attaques des rebelles Houthis du Yémen ont été commanditées par l’Iran qui a décliné son implication dans cette affaire.

Dans un tweet au ton musclé, le chef d’Etat américain Donald Trump qui n’a pas visé explicitement Téhéran a déclaré attendre les indications de l’Arabie saoudite pour pouvoir agir. « L’approvisionnement en pétrole de l’Arabie saoudite a été attaqué. Il y a des raisons de croire que nous connaissons le coupable, sommes prêts à riposter en fonction des vérifications, mais nous attendons que le Royaume (saoudien) nous dise qui il estime être le coupable de cette attaque, et sous quelle forme nous devrons agir! », a déclaré le milliardaire américain sur Twitter.

Plusieurs voix internationales se sont élevées pour appeler à la baisse des tensions entre les belligérants. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déclaré par la voie de son porte-parole Stéphane Dujarric qu’il « condamnait les attaques de samedi contre les installations pétrolières d’Aramco » en Arabie saoudite, appelant « toutes les parties concernées à faire preuve de la plus grande retenue, à empêcher toute escalade dans un contexte de tensions exacerbées, et à continuer à respecter le droit humanitaire international ».

L’Espagne a également appelé à la retenue dans un communiqué publié par son ministère des Affaires Etrangères. Le gouvernement espagnol a lancé « un appel urgent pour mettre fin aux attaques et réitère son soutien aux Nations unies dans leurs efforts pour la désescalade de la violence et la promotion d’un règlement pacifique du conflit au Yémen » indique le communiqué qui ajoute que « ce genre d’attaques met en danger la vie des civils » et « menace la sécurité régionale ».

Tunisie/Présidentielle: Kais Saied en tête après dépouillement de 27% des votes