Drame d’Imlil: Report de l’audience et nouvelle requête pour convoquer Ramid et Maghraoui

11 Sep 2019 à 17:54 Société
Drame d’Imlil: Report de l’audience et nouvelle requête pour convoquer Ramid et Maghraoui

Pour la deuxième audience des 24 accusés dans le meurtre des deux touristes scandinaves dans la région d’Imlil, la Chambre d’appel chargée des affaires de terrorisme de Salé a reporté au 18 courant, le procès à ​​la demande de la défense de l’accusé d’origine hispano-suisse, Kevin Zoller Guervos. Un échange houleux s’est déroulé encore une fois au sujet de la convocation du ministre d’Etat Mustapha Ramid et du Cheikh Mohamed El Maghraoui.

Membre du comité de défense des accusés, Me Abdefaattah Zahrach a demandé au juge l’ajournement de l’audience. Une requête sur laquelle le président a demandé des explications plus précises. Et à l’avocat du barreau de Rabat de répondre qu’il s’exprime au nom de son collègue Me Saâd Sahli, également membre du comité de défense et avocat personnel de l’accusé hispano-suisse, n’ayant pas pu se présenter à la Cour « suite à un malaise ».

De son coté, la défense de la famille de la victime danoise, Louisa Vesterager Jespersen, a a réitéré sa demande formulée en première instance, de convoquer à la barre le président de l’Association « Dar Al Coran », sise avenue de Safi à Marrakech, cheikh Mohamed El Magharoui, ainsi que le ministre d’État chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid.

Me Khald Fataoui a déclaré en ce sens que la finalité de cette demande est de « cerner tous les éléments qui permettent de comprendre ce dossier dans sa complexité, en particulier vis-à-vis des parties directement ou indirectement liées à ces actes criminels« .

Le verdict en première instance « n’a pas permis de faire comparaître Mohamed El Maghraoui car les objectifs extrémistes tracés par les accusés se sont manifestés après qu’il aient cessé de prendre part aux activités de l’association« , a-t-il suligné.

Rappelant que « la plupart des personnes ayant fréquenté l’Association Dar Al Coran de Marrakech avaient fini par être impliqués dans des affaires de terrorisme« , l’avocat a souligné que cette école d’apprentissage du Livre saint « avait été fermée en vertu d’une décision définitive de la Wilaya, puis rouverte par décision d’un responsable public qui était le ministre de la Justice de l’époque, Mustapha Ramid, et qui avait en outre déclaré dans les locaux de l’association que +le tourisme touche à la religion+« .

Par ailleurs, l’autre avocat membre de la défense de la famille de la victime danoise, Me El Houcine Raji a jeté un pavé dans la marre en déclarant que le principal accusé dans cette affaire, condamné en premier ressort à la peine capitale, Abdessamad El Joud, « envisageait également d’assassiner Mohamed Maghraoui, président de l’Association Dar El Coran« .

En réponse, le représentant du ministère public a réaffirmé qu’il était impossible de convoquer les deux hommes réclamés par la défense des familles des deux victimes scandinaves, « à condition d’entendre tous les accusés« . Il a à cet effet exigé la délibération du juge sur cette demande « après avoir auditionné toutes les parties prenantes du dossier« .

Notons que cette deuxième audience en appel s’est déroulée en présence de l’ambassadrice du royaume de Norvège au Maroc, Merethe Nergaard, et de nombreuses représentations médiatiques étrangères.

Journée sans infirmiers ce mercredi dans le royaume