L’ONU appelle les États européens à renforcer l’éducation des enfants réfugiés et migrants

12 Sep 2019 à 01:47 Monde
L’ONU appelle les États européens à renforcer l’éducation des enfants réfugiés et migrants

Les États européens se doivent de renforcer l’éducation des enfants réfugiés et migrants, ont plaidé trois agences onusiennes.

Ainsi, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF ) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont appelé les États européens « à augmenter les ressources et le soutien concret de leurs systèmes scolaires pour que tous les enfants réfugiés, demandeurs d’asile et migrants puissent accéder à une éducation de qualité et y rester ».

Elles ont détaillé, dans un communiqué conjoint, les obstacles auxquels se heurtent les enfants et les adolescents nés hors d’Europe pour accéder à l’éducation en Europe.

« À l’heure actuelle, le nombre d’enfants et d’adolescents nés en dehors de l’Europe, y compris les enfants de réfugiés et de migrants récemment arrivés, qui quittent précocement l’école est près de deux fois plus élevé que celui des enfants nés dans le pays », font observer les agences onusiennes.

Les enfants migrants ont également des résultats d’apprentissage inférieurs lorsqu’ils ne bénéficient pas d’un soutien adéquat, poursuit la même source.

Les agences de l’ONU relèvent, à titre d’exemple, qu’environ 3 étudiants nés dans le pays sur 4 maîtrisent parfaitement les sciences, la lecture et les mathématiques, mais seulement 3 étudiants sur 5 issus de l’immigration y parviennent.Selon le communiqué, les enfants d’âge préscolaire (3 à 5 ans) et du deuxième cycle du secondaire (15 ans et plus) sont particulièrement susceptibles de ne pas être scolarisés, car ils vont souvent au-delà du champ d’application de la législation nationale en matière d’éducation obligatoire.

Les trois agences appellent, en outre, les États à redoubler d’efforts et à investir davantage aux niveaux national et régional pour collecter des données normalisées et harmonisées de qualité sur les enfants réfugiés, demandeurs d’asile et migrants dans l’éducation, afin d’orienter l’élaboration des politiques et l’allocation des ressources.

Brexit: Les étudiants étrangers pourront rester deux ans après leur diplôme