Revue de presse quotidienne de ce mercredi 11 septembre 2019

11 Sep 2019 à 10:14 Presse
Revue de presse quotidienne de ce mercredi 11 septembre 2019

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi 11 septembre 2019

Le Matin

• Les arriérés de la Caisse de compensation ont atteint plus de 5,10 milliards de DH, au 31 août dernier. Aucun paiement n’a été effectué aux opérateurs depuis fin mai 2019. Les créances dues aux sociétés de gaz butane s’élèvent à 3,84 milliards de DH, alors que pour le sucre, la facture impayée est estimée à 1,26 milliard.

• La compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) est désormais le transporteur officiel de la deuxième Coupe des nations de l’Union des fédérations ouest-africaines (UFOA) de football. «Un accord a été signé à cette occasion, lundi à Dakar, entre RAM et ESPN Africa, un réseau de télévision thématique orienté sur le sport et partenaire de l’UFOA», indique un communiqué de la compagnie. Selon l’accord, RAM offrira des billets d’avion pour assurer le transport des équipes participantes à cette édition qui se déroulera du 28 septembre au 13 octobre prochain à Thiès (70 km à l’est de Dakar), ainsi que des réductions tarifaires pour leurs accompagnateurs. Au total, 16 équipes, dont le Maroc, vont prendre part à cette compétition footballistique régionale.

L’Economiste

• L’encours des crédits aux entreprises non financières privées a augmenté de 3.1% à 358 milliards de DH en juillet sur un an. C’est son meilleur score à cette petite période au cours des cinq dernières années. Cette amélioration est essentiellement portée par les crédits de trésorerie dont l’encours a progressé de 6.9. Les crédits à l’investissement, eux, marquent une petite progression de 1.7%. Néanmoins, le comportement des crédits à l’équipement dans le commerce, la réparation automobile et les industries alimentaires laisse penser que la visibilité remonte dans ces secteurs.

• Ils ont tenu tête à leurs ministères de tutelle (Éducation nationale et Santé) jusqu’au bout et ont fini par imposer leurs exigences. Les concessions aux grévistes consignées dans l’accord signé le 28 août, entre les représentants des étudiants et l’ensemble des doyens des facultés publiques et directeurs des CHU sont pour le moins étonnantes, voire étranges. Certains doyens l’ont signé à contrecœur car ils y étaient contraints par le ministre. Toutes les restrictions envers les étudiants des facultés de médecine privée sont passées comme une lettre à la poste. Pourtant, quelques semaines auparavant, les ministres de l’Enseignement supérieur et de la Santé juraient qu’ils ne cèderaient sur aucune des mesures discriminatoires. Le PV de l’accord montre le contraire.

Aujourd’hui Le Maroc

• Fidèle à sa réputation d’accompagnateur des agriculteurs marocains, le Groupe OCP poursuit son engagement en lançant, dans la commune Jemaât Seheim, la 2ème édition de son dispositif « Al Moutmir Itinérant ». Comme son nom l’indique, ce programme part à la rencontre des agriculteurs dans une approche de proximité. Pour cette 2ème édition qui va accompagner la campagne agricole 2019-2020, ce dispositif prévoit des actions ciblées dans près de 28 provinces permettant de proposer un accompagnement diversifié aux agriculteurs tout au long de l’itinéraire technique. Dans une volonté de toucher le plus grand nombre d’agriculteurs, ce programme fera escale dans 28 provinces, pour cibler 10.000 agriculteurs.

• Les 17 et 18 octobre prochain à Marrakech se tiendront à Marrakech les Salons « Maroc in Mode & Maroc Sourcing ». Cet événement organisé à l’initiative de l’Association Marocaine des Industries du Textile et de l’Habillement (AMITH), est destiné à mettre en avant le savoir-faire marocain dans le secteur. Des participants du monde entier seront au rendez-vous aux côtés des 80% des exposants marocains, Pour annoncer cette prochaine édition (17ème pour Maroc in Mode et 16ème pour Maroc Sourcing), l’Amith a dévoilé lors d’une conférence de presse les nouveautés de cet évènement ainsi que les défis majeurs pour ce secteur en pleine transformation.

L’Opinion

• Les étapes procédurales du projet de la réforme du système de la fonction publique ont été présentées au Conseil du gouvernement par le ministre de tutelle. De cette présentation, il ressort que ce dernier ait retenu une certaine stratégie de réforme dont le planning d’exécution et de mise en œuvre prévoit, entre novembre 2019 et juin 2021, la révision-élaboration de 22 projets de loi et de décrets. Mais au-delà de ce calendrier, qui augure d’une prolongation dans le temps, aussi légitime que nécessaire, pour la mise en œuvre de la réforme de l’administration publique, on retiendra de la présentation du ministre de la Fonction publique les cinq axes sur lesquels la réforme devra reposer. Ce qui saute aux yeux a priori, c’est que la réforme a fini par prendre en compte l’échéance de la décentralisation avancée dont l’absence dans la mouture initiale avait soulevé certaines reproches me et réserves.

• Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) va présenter « dans les jours à venir » ses recommandations d’amendement du Code pénal, en cours de discussion au sein de la commission de la législation et des droits de l’Homme de la Chambre des représentants. Cette annonce a été faite par le CNDH par voie de communiqué en réaction au « débat sur les libertés individuelles et la question de l’interruption volontaire de la grossesse suscitée après l’arrestation de Hajar Raissouni ». Le conseil a affirmé avoir pris connaissance des réflexions et positions de l’opinion publique concernant la question des libertés individuelles et de la vie privée et condamne, par la même occasion, « les attaques et insultes de nature discriminatoire, proférées par certains contre la personne concernée ». A cet égard, l’institution s’est déclarée « rassurée de pouvoir compter sur le soutien et l’appui des citoyens à ses recommandations relatives à la protection des libertés individuelles et de la vie privée ».

Al Bayane

• Préserver les acquis sociaux, trouver consensus au sujet de la loi sur la grève, améliorer les conditions des travailleurs, asseoir un véritable dialogue social et promouvoir les libertés syndicales. Tels sont les dossiers chauds de cette rentrée sociale 2019-2020. Ces revendications sociales et syndicales seront relancées dans un contexte politique marqué par le remaniement gouvernemental qui devait intervenir avant la rentrée parlementaire, prévue le vendredi 11 octobre prochain. Ce sera l’avant dernière année législative de ce gouvernement, qui avec une équipe remaniée, devait mettre les bouchées doubles pour concrétiser la feuille de route tracée par le souverain dans Ses derniers discours. Dans ce sillage, la CDT compte militer pour un dialogue national sur l’ensemble des dossiers et un texte de compromis concernant la loi sur la grève.

• Le Maroc a insisté, à Addis-Abeba, sur l’interdépendance entre Paix-Sécurité et Développement dans le cadre du Partenariat entre la Chine et l’Afrique. Intervenant lors d’un séminaire en tant que président du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine, l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’UA et de la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi, a appelé à la mise en œuvre du Plan d’action de Pékin 2019-2021 et des initiatives majeures du forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), en tant que moyen de consolidation du développement, de la paix et de la sécurité en Afrique, à travers un partenariat gagnant-gagnant et une coopération sud-sud. Ce séminaire a été marqué par la participation des ambassadeurs et de hautes personnalités des pays africains membres de l’ONU.

Libération

• Le Maroc est une destination privilégiée pour les citoyens chinois, a affirmé le président directeur général de l’opérateur touristique chinois « C Trip », James Jianzhang Liang, lors d’une rencontre avec le chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani. Selon un communiqué du département du chef du gouvernement, Jianzhang Liang, en visite de travail au Maroc à la tête d’une délégation représentant « C Trip », l’un des grands opérateurs touristiques en Chine, a exprimé la volonté de son groupe à développer de nouveaux programmes intégrés destinés aux touristes chinois désirant visiter le Royaume, notamment à travers un partenariat avec l’Office national marocain du tourisme, qui permettra d’exploiter tous les moyens et de bénéficier des réseaux sociaux.

• Au titre du mois de juillet, la production et les ventes sont demeurées orientées à la hausse dans le secteur industriel, a constaté Bank Al-Maghrib notant dans le même temps un accroissement des commandes avec un carnet qui se serait situé à un niveau supérieur à la normale. Il s’agit de la cinquième hausse de la production et des ventes observée dans le secteur industriel depuis le début de l’année 2019. Rappelons qu’au titre du mois de janvier, la Banque centrale avait noté une stagnation de la production et une baisse des ventes. Quatre mois plus tard, en mai, BAM avait également observée une stagnation des ventes alors que la production affichait une hausse.

Akhbar Al Yaoum

• Autoroutes du Maroc (ADM) compte ses pertes. Celles-ci s’élèvent à près de 30 millions DH par an. Pendant les 8 premiers mois de 2019, la société a enregistré en moyenne 5.400 violations par jour sur son réseau, alors que le tarif minimal de péage était seulement de 15 DH. L’année dernière, la moyenne était de 5.000 violations. Ces infractions impliquent une perte financière importante pour ADM, en plus des dégâts matériels et des accidents causés. Le manque à gagner pour la société des autoroutes peut être estimé à 30 millions de DH annuellement.

• Quelques détails sur le remaniement gouvernemental prévu dès la prochaine rentrée parlementaire commencent à filtrer. Selon des sources du journal, le chef du gouvernement Sâad Dine El Otmani a fait savoir aux leaders de son parti que le gouvernement actuel sera réduit au tiers, ce qui implique que chaque parti perdra le tiers de ses ministres, informant le PPS qu’il perdra le ministère de la Santé. Dans le sillage de la décision relative à la réduction du nombre des membres du gouvernement, El Otmani a relevé que le prochain gouvernement se contentera des ministres et des ministres délégués, notant que les secrétariats d’Etat seront supprimés. Néanmoins, cette suppression ne veut pas dire l’abandon de tous les secrétaires d’Etat dans le prochain gouvernement car certains d’entre eux verront leur département devenir ministères ou ministères délégués, notamment quelques départements vitaux comme l’Enseignement supérieur, la Recherche scientifique et la Formation des cadres.

Al Ahdath Al Maghribia

• Dernière ligne droite pour les tractations en vue du prochain remaniement gouvernemental. Les chefs des partis de la coalition gouvernementale, y compris le chef du gouvernement, Sâad Dine El Otmani, continuent d’entretenir le mystère autour des négociations. Certes, El Otmani a réussi à imposer le mode de consultations bilatérales tout en préservant ses compétences constitutionnelles loin des marchandages dans les pourparlers, mais il a échoué à obliger les partenaires à donner leurs remarques sur la démarche et à proposer les compétences qui apporteront un sang nouveau à la prochaine équipe.

• Dans un contexte marqué par les catastrophes naturelles qui ont touché dernièrement plusieurs régions, le compte à rebours pour l’établissement d’une nouvelle taxe contre les catastrophes naturelles est lancé. Cette taxe servira à couvrir les dégâts causés par ces catastrophes qui surviennent de temps à autre. Ce sujet est inscrit à l’ordre du jour du prochain Conseil du gouvernement, et ce à travers un projet de décret relatif à la création de frais semi-fiscaux dits « frais de solidarité contre les événements catastrophiques », et ce afin d’alimenter la Caisse de solidarité contre les événements catastrophiques que le gouvernement avait créée. Ce projet de décret avait déjà été examiné par le gouvernement en avril dernier, mais des désaccords ont reporté la conclusion de ce dossier.

Al Alam

• Le Conseil de la concurrence a achevé son travail sur le dossier des sociétés pétrolières au Maroc, ont indiqué des sources bien informées, notant que ce dossier est dans la dernière étape d’une procédure de travail qui n’a que trop duré. Et pour cause, la nature de cette affaire, qui concerne la problématique des prix des carburants sur le marché national après leur libéralisation, revêt un grand intérêt auprès de l’opinion publique, car les citoyens doutent de possibles magouilles menées par certaines sociétés de distribution de carburants pour garder les prix du Gasoil et de l’Essence dans des niveaux très élevés. Ces sociétés peuvent, entre autres, coordonner entre elles, transgressant ainsi l’esprit du principe de la concurrence. Selon les sources du journal, les sociétés de distribution de carburants ne voyant pas cette enquête d’un bon œil ont tardé à donner des réponses au Conseil de la concurrence.

• L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de publier un nouveau rapport sur le phénomène du suicide dans le monde, à l’occasion de la journée mondiale de prévention du suicide (10 septembre). Dans ce rapport, l’OMS fait savoir qu’en 2016, 1014 personnes se sont donné la mort au Maroc, dont 613 femmes. Avec ce chiffre, le Maroc fait partie des pays où le taux de suicide chez les femmes est plus élevé que chez les hommes, aux côtés du Bangladesh, de la Chine, du Lesotho et du Myanmar. S’agissant des statistiques au niveau mondial, l’OMS a signalé que près de 800.000 personnes se suicident chaque année, relevant que la Guyane est le pays où le taux de suicide est le plus élevé, suivie de la Russie.

Bayane Al Yaoum

• Les envois de fonds effectués par les Marocains Résidents à l’Étranger ont enregistré une baisse de 1% à 37,38 milliards de dirhams (MMDH( à fin juillet 2019, selon l’Office des changes. Pour leur part, les IDE ont totalisé un montant de 10.53 MMDH à fin juillet 2019, contre 12.71 MMDH à la même période de 2018, soit une perte de 2.18 milliards de dirhams.

• Les bourses d’étude Chevening sont un programme prestigieux qui se présente comme une occasion pour tisser des liens “encore plus forts » entre le Royaume-Uni et le Maroc, a affirmé l’ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc, Thomas Reilly. “Les Marocains bénéficiaires des bourses Chevening sont invités à s’intégrer dans le mode de vie du peuple britannique et à en apprendre davantage sur leur culture”, a souligné M. Reilly lors d’une réception organisée en l’honneur de 11 Marocains bénéficiant de la prestigieuse Bourse Chevening pour l’année académique 2019-2020. “Aujourd’hui, 11 étudiants seront des ambassadeurs des bourses Chevening sur un total de 20 cette année, un effectif en augmentation depuis 2017″, s’est réjoui M. Reilly.

Al Massae

• Des sources du journal ont accusé ce qu’elles ont qualifié de «lobbies du secteur privé» d’exploiter de nombreuses familles marocaines, qui optent pour les établissements d’enseignement privé pour faire inscrire leurs enfants, précisant que certains établissements ont imposé à des familles d’acheter les fournitures scolaires de leurs propres librairies et à des prix jugés parfois excessifs. Ces sources s’attendent à des « sanctions dissuasives » à l’encontre de ces établissements, qui semblent devenus des unités de vente au lieu des lieux d’apprentissage.

• Le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a démenti les informations rapportées sur des difficultés entravant le programme national de généralisation et de développement du préscolaire, affirmant qu’il s’agit d' »allégations dénuées de tout fondement ». « Prétendre que le projet de l’éducation inclusive rencontre des difficultés est tout à fait infondé, car comment peut-on dresser une évaluation d’un programme qui se trouve encore dans sa première phase de mise en application sachant qu’il n’a démarré que le 26 juin 2019 », a précisé le département dans un communiqué.

Al Ittihad Al Ichtiraki

• Le peuple marocain célèbre, mercredi, le 66ème anniversaire de la disparition du martyr Allal Ben Abdellah, leader de la résistance nationale, qui, par son acte héroïque, a profondément marqué l’histoire de la lutte du peuple pour le retour du Sultan Mohammed V, contraint à l’exil le 20 août 1953. Le vendredi 11 septembre 1953, Allal Ben Abdellah a gravé son nom dans l’histoire de la libération nationale en visant le cortège officiel de Mohamed Ben Arafa, l’impopulaire représentant du protectorat français, placé illégitimement sur le Trône pour sauvegarder la pérennité de la présence étrangère au Maroc.

• Le président de l’Association d’amitié parlementaire Japon-Maroc, Hirofumi Nakasone, a fait part de la ferme volonté de son pays de renforcer les relations parlementaires avec le Maroc. Lors d’entretiens, à Rabat, avec le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, le responsable japonais a mis en exergue le rapprochement qui marque les relations maroco-japonaises, soulignant le rôle que jouent les familles royales des deux pays dans la consolidation de ces liens.

Rissalat Al Oumma

• Après usurpation du label de l’escargot marocain par des exportateurs espagnols et son exportation sous le label espagnol vers le reste de l’Union européenne, d’autres exportateurs espagnols ont eu recours à la même méthode en falsifiant le label des cargaisons de fruits et légumes marocains. Irrités, les producteurs espagnols ont eu recours à des institutions européennes compétentes pour présenter leur cas, selon des sources médiatiques espagnoles basées sur un groupe de producteurs et d’exportateurs de fruits et légumes espagnols de la région d’Almeria. L’Association « Agricultura viva en Accion » a dénoncé la réexportation de produits agricoles marocains avec une marque espagnole et la persistance de ces pratiques qui durent depuis plusieurs années et qui semblent s’être intensifiées récemment, exposant le secteur des fruits et légumes espagnol à ce qu’elle appelle le « danger » affectant la « réputation du produit espagnol ».

• L’ambassadeur du Maroc au Panama, Oumama Aouad, a indiqué que le Royaume a adopté depuis des décennies une politique avancée en matière de gestion des ressources hydriques, fondée principalement sur la rationalisation et la préservation de cette denrée précieuse à travers la politique des barrages. Intervenant lors de la 8è conférence scientifique internationale de la région de l’Azuero, Aouad a fait remarquer que cette politique judicieuse avait été initiée par feu Sa Majesté Hassan II à travers le lancement d’une large opération de construction de barrages. Cette politique, a-t-elle ajouté, se poursuit aujourd’hui sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, comme en témoigne les bonnes pratiques dans le domaine de la gestion des ressources hydriques initiées de longue date dans le Royaume.

Revue de presse quotidienne de ce mardi 10 septembre 2019