Algérie : Manifestation imposante et démission imminente de Noureddine Bedoui

10 Sep 2019 à 21:03 Monde
Algérie : Manifestation imposante et démission imminente de Noureddine Bedoui

Le risque d’une explosion sociale est de plus en plus probable en Algérie. Au regard de l’imposante 29ème marche, la plus importante de la communauté universitaire depuis le printemps dernier si l’on en croit TSA qui constate également que des milliers d’étudiants, auxquels se sont joints des citoyens, ont marché ce mardi 10 septembre à Alger.

Par ailleurs, si l’on s’en tient à ObserverAlgérie qui affirme quant à lui, que le premier ministre Noureddine Bedoui serait sur le point de déposer sa démission, il y a là, matière à s’alarmer. Cette décision aurait été prise comme mesure d’apaisement envers la rue qui ne cesse de demander son départ depuis le début de la révolte populaire fait encore savoir le média. Une information que l’agence Reuters confirmait dès sa parution. « Noureddine Bedoui démissionnerait pour permettre la tenue des élections en Algérie.

Ce départ serait la garantie des recommandations du panel de dialogue national ».

Dans la rue, au regard des messages significatifs dans les pancartes brandies : « Etat civil, non militaire », «libérez les détenus d’opinion » et des slogans scandés par des manifestants en colère contre Ahmed Gaïd Salah chef d’état-major de l’armée et Abdelkader Bensalah, chef de l’Etat par intérim, on établira vite des liens de cause à effet.

D’un côté, des manifestations qui ne cessent de grossir au fur et à mesure de leur mardi, un fusible qui saute pour apaiser la rue, et enfin deux chefs, l’un politicien et l’autre militaire qui s’accrochent impassibles à leur pouvoir, il est comme qui dirait que ça gronde chez les voisins. Pendant ce temps, sournoisement les geôles d’Alger et d’ailleurs s’emplissent petit à petit d’un nouveau genre de prisonniers, politiques, d’opinion ou de personnalités qui hier encore faisaient encore la pluie et le beau temps, il n’y a pas à dire, en Algérie, la crise couve et sérieusement.

M.J.K

Trump limoge son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton