L’OCP lance à Jemaâ S’haim la 2ème édition de son dispositif « Al Moutmir Itinérant »

11 Sep 2019 à 06:18 Economie
L’OCP lance à Jemaâ S’haim la 2ème édition de son dispositif « Al Moutmir Itinérant »

En confirmation de son engagement en faveur du développement de l’agriculture au Maroc, le Groupe OCP a lancé, mardi à Jemaâ S’haim (province de Safi), la 2ème édition de son dispositif « Al Moutmir Itinérant ».

Cette 2-ème édition, qui va accompagner la campagne agricole 2019-2020, cible trois types de cultures : céréales et légumineuses, arboriculture et maraîchage.

Ce dispositif de proximité prévoit des actions ciblées dans près de 28 provinces, permettant de proposer un accompagnement diversifié aux agriculteurs tout au long de l’itinéraire technique.

Le programme, qui fera escale dans 28 provinces, soit 180 localités à fort potentiel à travers le Royaume, ciblera 10.000 agriculteurs et prévoit 10.000 analyses de sol à réaliser.

Outre les moyens humains, le Groupe OCP met à la disposition des agriculteurs, des moyens scientifiques et technologiques importants notamment le référentiel scientifique vulgarisé et adapté à chaque étape de l’itinéraire technique et les laboratoires itinérants qui sillonnent différentes régions pour effectuer gratuitement les analyses de sol in situ.

L’offre OCP comprend, aussi, un centre d’appel et une page Facebook dédiée aux agriculteurs pour les mettre en lien direct avec les équipes déployées au niveau du terrain et répondre à leurs questionnements ainsi qu’une chaîne YouTube.

Cette édition connaîtra, également, la présentation de « @tmar », la nouvelle application mobile mise à la disposition des agriculteurs gratuitement.

En marge de cette deuxième édition du programme Al Moutmir, le groupe OCP a lancé son nouveau dispositif agile « Al Moutmir Souks et Moussems », qui va à la rencontre des agriculteurs dans les souks et les Moussems dans différentes provinces du Royaume.

Ce dernier dispositif permet d’accompagner les agriculteurs avant le lancement de chaque cycle de culture, en identifiant notamment leurs besoins et en les soutenant dans le choix des intrants et dans les pratiques agricoles qu’ils voudraient déployer pour accroître leurs rendements tout en préservant les ressources naturelles.

A travers ce dispositif, les agriculteurs pourront aussi entrer en contact avec les ingénieurs agronomes d’Al Moutmir en vue de bénéficier du programme et de l’accompagnement continu des équipes sur le terrain.
Ainsi, des vans aménagés sillonneront les souks hebdomadaires ruraux et les Moussems dans le but d’écouter et d’échanger avec les agriculteurs. L’objectif de cette initiative est de permettre à ces agriculteurs d’accroître leurs rendements, mais aussi d’optimiser leur utilisation des intrants et des ressources naturelles.

Basé sur une approche scientifique, le contenu partagé avec l’agriculteur est structuré autour de 3 axes principaux.le premier vise à identifier les besoins de chaque sol et de chaque culture, avec une démonstration de l’opération d’échantillonnage de sol, une explication des analyses de sol et des recommandations de fertilisation

Le second axe consistera à expliquer le fonctionnement de la chaîne de production des engrais, en plus d’apporter des explications vulgarisées en ce qui concerne les engrais NPK Blend et les formules régionales issues des recommandations de la carte de fertilité des sols du Maroc.

L’agriculteur découvrira aussi les différents points de vente des « smart blender » devenus aujourd’hui opérationnels auprès des fabricants distributeurs d’engrais et agrégateurs.

Plus de 600 visites du dispositif « Al Moutmir Souks et Moussems » sont prévues dans les différentes provinces du Royaume. Lancée en septembre 2018, le dispositif « Al Moutmir », a pu cibler pas moins de 160 localités dans près de 28 provinces.

Au total, plus de 10.000 agriculteurs dont environ 1.000 femmes ont bénéficié de l’accompagnement du dispositif.

Il a, également, permis de suivre pas moins de 2.000 plateformes de démonstration dédiées dont 1.000 pour les céréales et légumineuses, 700 pour l’olivier et 300 pour les cultures maraîchères.

Centré sur l’agriculteur comme réel agent du changement, ce programme a été implémenté dans le cadre d’une démarche partenariale avec les différents acteurs de la filière agricole, notamment le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, le consortium scientifique national, les acteurs locaux ainsi que les partenaires fabricants-distributeurs et revendeurs d’engrais.

Les atouts touristiques de Dakhla mis en avant par France2