« Un instant avant le monde » : La première biennale d’art à Rabat

11 Sep 2019 à 12:46 Culture
« Un instant avant le monde » : La première biennale d’art à Rabat

La première édition de la Biennale de Rabat, organisée par la Fondation Nationale des Musées du Maroc, verra le jour dans la capitale marocaine le 24 septembre, jusqu’au 18 décembre 2019. Cette dernière a été conçue par l’historien d’art et philosophe Abdelkader Damani.

IntituléeUn instant avant le monde”, cette première édition entend contribuer à redéfinir l’art, en partant  de Rabat, désignée « Ville lumière » et capitale culturelle du Maroc. Grâce au dialogue entre les disciplines – allant des arts visuels et de l’architecture à la danse et la performance -, la biennale ouvre une réflexion sur l’urgence de la création, en examinant les raisons, les révoltes, les moments décisifs qui poussent les artistes à passer à l’action et à contribuer à l’histoire. 

Le commissaire général a fait le choix de décliner cette biennale sous la forme d’un archipel. Porté par des femmes et des hommes engagés, elle est composée d’une exposition internationale et d’un triptyque de cartes blanches. A cela s’ajoute, tout au long de la manifestation, un programme de performances, une programmation culturelle ainsi que l’art urbain et de programmations associées.

A l’occasion de cette première édition de la Biennale, la Fondation Nationale des Musées organisera un focus sur l’art Urbain.

« Un instant avant le monde », L’exposition internationale 

L’exposition internationale, dédiée aux artistes femmes, est répartie dans plusieurs lieux culturels de la ville de Rabat. Elle réunit 63 artistes et collectifs d’artistes, issues de 27 nationalités différentes et de nombreuses disciplines. Parmi celles-ci, des plasticiennes et peintres (Mona Hatoum, Etel Adnan, Marcia Kure, Ghada Amer, Zoulikha Bouabdellah, Amina Benbouchta, Candice Breitz), de sculptrices (Sara Favriau, Ikram Kabbaj), des cinéastes et vidéastes (Tala Hadid, Habiba Djahnine…), des chorégraphes, metteuses en scène et performeuses (Bouchra Ouizguen, Séverine Chavrier…), des photographes (Deborah Benzaquen, Mouna Jemal Siala ) et des artistes digitales (Naziha Mestaoui), mais aussi des architectes (BLACK SQUARE, Manthey Kula, Zaha Hadid, Maria Mallo…). 

Parmi les moments forts de la Biennale, un hommage vibrant sera rendu à la cantatrice égyptienne Oum Kalthoum, la première artiste sélectionnée par le commissaire, à travers la projection de son concert mythique à Rabat en 1968 comme préambule à toute l’exposition.

Le livre de Tariq Ramadan autorisé à paraître...en l’état