Le 45ème festival du cinéma américain de Deauville s’ouvre sur fond de polémiques

07 Sep 2019 à 10:11 Culture
Le 45ème festival du cinéma américain de Deauville s’ouvre sur fond de polémiques

La 45e édition du festival du cinéma américain de Deauville s’est ouvert ce vendredi soir avec la projection du film du réalisateur américain Woody Allen, Un jour de pluie à New York, et un hommage à Pierce Brosman qui incarna dans quatre films entre 1995 et 2002 le fameux 007 ou James Bond (des réalisations qui ont généré 1,5 milliard dollars dans le box-office Mondial).

C’est Catherine Deneuve qui préside le jury du festival où de nombreuses stars à l’affiche sont attendues. Quatorze films (six ont été réalisés par des femmes et neuf sont des premiers films) sont en compétition pour un seul lauréat qui sera récompensé le samedi 14 septembre.

Pour en revenir à l’ouverture de ce festival qui ne se veut pas voué qu’au cinéma mais aussi aux séries télévisées (une décennie qu’elles concourent), les passionnés ont eu droit à la projection de l’intégrale des huit saisons de Game of Trones tout au long de la semaine au cinéma le Morny.

À l’instar de l’hommage que l’on rend à Pierce Brosman, on honorera également pour l’ensemble de sa carrière, Johnny Depp qui viendra à Deauville présenter En attendant les barbares.

Mais bien plus que les hommages, ce qui marque ce festival au-delà de la part belle faite au actrices (Geena Davis, Sienna Miller, et Kristen Stewart l’icône de la nouvelle vague) et réalisatrices, ce sont les présences de Woody Allen et de Nate Parker tous deux mis en cause des affaires d’abus sexuel et de viol et qui font jaser #MeToo et autres obligent.

Le premier dont les réalisations sont interdites dans les salles aux Etats-Unis depuis que sa fille adoptive Dylan Farrow ait renouvelé en 2018, en pleine vague du #MeToo, des accusations d’agressions sexuelles alors que les poursuites judiciaires avaient été abandonnées et le second a été accusé par une camarade d’université, mais il a été acquitté en 2001, le bénéfice du doute lui ayant profité.

Jaouad Kanabi

Maroc/Bénin : La coopération en régulation audiovisuelle en question