Mis en examen pour viols, Tariq Ramadan se dit victime d’un « traquenard »

07 Sep 2019 à 03:14 Monde
Mis en examen pour viols, Tariq Ramadan se dit victime d’un « traquenard »

Après une longue période de silence médiatique, Tariq Ramadan refait surface. Invité dans de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, l’islamologue suisse, mis en examen pour viols, s’est livré sur les accusations qui planent sur lui, dénonçant « un traquenard » de la part des plaignantes. 

Ramadan, déjà mis en examen depuis le 2 février 2018 pour deux viols, le premier s’étant déroulé le 9 octobre 2009 et l’autre au printemps 2012 à Paris, est revenu sur sa condamnation et son passage en prison. “Depuis 2 ans, je ne me suis pas exprimé dans les médias. J’ai passé 10 mois en prison et je voulais être entendu par la justice”, raconte-il.

« Tout ce que j’ai fait l’a été dans le consentement », assure l’intellectuel musulman, à quelques jours de la parution de son livre « Devoir de vérité », dans lequel il s’attaque notamment aux plaignantes, à la justice et aux médias.

Ramadan est catégorique : Celles qui l’accusent sont des menteuses. « Un certain nombre de femmes qui se connaissent et qui changent leur version quatre fois…des femmes jalouses ou qui se sentaient flouées [qui] ont cherché, a posteriori, à régler des comptes« , a-t-il déclaré.

Le Suisse âgé de 57 ans continue de nier en bloc les accusations affirmant qu’il n’était pas présent dans cette chambre d’hôtel, ni à Lyon, affirmant ne pas connaitre la jeune femme.  « Il n’y a ni argument, ni élément qui vienne corroborer ce qu’elle dit. Quand on va regarder le 23 mai 2014, je suis en train de donner une conférence à Baltimore devant 10.000 personnes. A part avoir le don d’ubiquité (…), je n’y étais pas. (…) Je ne l’ai jamais contactée », assure-t-il.

Malgré ses tentatives de se défendre, Tariq Ramadan reste à la merci de la justice, quelle soit française ou également suisse. Elles devraient le convoquer bientôt pour des confrontations. Dans un premier temps, il devra faire face avec les cinq femmes qui l’accusent de viol.

Nouvelle alerte sanitaire contre la listériose en Espagne