Huawei bénéficie d’une rallonge de trois mois aux Etats-Unis

19 Août 2019 à 20:56 Economie
Huawei bénéficie d’une rallonge de trois mois aux Etats-Unis

Le département américain du Commerce a prolongé de trois mois, lundi, la « licence générale temporaire » accordée à Huawei, blacklisté au printemps dernier par Washington. Il pourra désormais maintenir ses relations avec ses clients et fournisseurs outre-Atlantique.

En effet, depuis le 19 mai dernier, Huawai subissait de plein fouet l’effet du conflit commercial entre Donald Trump et la Chine. Le géant des télécommunications qui a été mis en sursis de 3 mois voit de ce fait et de par des sanctions prises à son encontre, ses intérêts aux Etats-Unis et dans le monde de plus en plus menacés. Dans les faits, le numéro un mondial des équipements télécom est décrié par les Etats-Unis, qui lui ont interdit formellement de s’immiscer d’une quelconque manière dans leur futur réseau 5G. Les Etats-Unis, argumentent cette mise à l’index par le risque sécuritaire qu’ils encourent.

Mais l’offensive de Trump et son administration ne se limite pas qu’à la seule présence du groupe déclaré non grata aux Etats-Unis et ce, bien que dépendant, d’un tas de services indispensable à leur équilibre économique. Mais que l’on se le dise, ce sursis est aussi une manœuvre maquillée afin de diminuer les conséquences des dégâts collatéraux et retarder les effets économiques qu’engendreraient une exclusion définitive du groupe chinois, auprès des entreprises américaines elles-mêmes.

Trump s’était distingué à son accoutumée en tant que président en signant un décret leur interdisant d’acheter, de transférer des technologies ou des services de télécommunications à leurs filiales « soumises à la juridiction d’un adversaire étranger » pouvant mettre en péril la sécurité nationale américaine. Cependant, face aux pressions de lobbies, Huawei avait été autorisé à continuer à travailler avec ses partenaires américains dans un certain cadre, notamment pour le suivi de ses produits (puces, logiciels d’exploitations, processeurs etc…) déjà commercialisés notamment (Intel, Qualcomm, Broadcom, Xilinx…) ou autres opérateurs locaux.

Si la plupart des alliés des Etats-Unis se sont alignés sur les Etats-Unis dans cette guéguerre commerciale tous cependant n’ont pas fermé la porte au fabricant chinois, signe du rôle clé joué par le chinois dans l’économie mondiale. Trump avait alors brandi pour les en dissuader la sanction et l’intéressement. Comme pour ces pays où le groupe chinois est bien implanté, le Maroc a dû faire face à une forte pression de Washington afin de tourner le dos à Huawei quant au marché de la 5G, norme que compte déployer les trois opérateurs du Royaume.

D’autres pays africains à l’instar de l’Algérie, de l’Ouganda et de la Zambie font les frais des offensives de l’administration Trump qui visent à discréditer l’opérateur chinois en l’accusant de jouer un rôle croissant sur la carte mondiale des cyberattaques et de l’espionnage.

M.J.K

Marrakech : Les nuitées touristiques en hausse de 8% au premier semestre 2019