L’ambassadeur du Japon à Rabat: Tokyo n’a jamais reconnu le Polisario

09 Août 2019 à 13:46 Parlement
L’ambassadeur du Japon à Rabat: Tokyo n’a jamais reconnu le Polisario

Par l’intermédiaire de son ambassadeur au Maroc, en visite au parlement jeudi, le Japon a rappelé n’avoir jamais reconnu et qu’il ne reconnaîtrait jamais le Polisario en appuyant les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité en la matière. C’était lors d’une réunion de l’ambassadeur du Japon à Rabat, Takuji Hanatani avec le président de la Chambre des représentants Habib El Maliki.

Dans une déclaration à la Chambre des représentants, le diplomate a souligné que la position de son pays sur le conflit du Sahara est « constante et immuable », soulignant que les réunions organisées par son pays dans le cadre du Forum international de Tokyo sur le développement en Afrique, durant lesquelles le front séparatiste n’est pas convié, « réunissent uniquement les 54 membres internationalement reconnus de l’Union africaine ».

Sur un point connexe, le représentant de Tokyo a salué l’appel lancé par le roi Mohammed VI lors du 43e anniversaire du discours de la Marche verte en faveur d’un dialogue direct entre le Maroc et l’Algérie, qu’il a réitéré récemment dans le discours du Trône, exprimant « l’espoir d’améliorer les relations entre les deux pays, ce qui contribuera au règlement de cette question ».

l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire nippon au Royaume a de même souligné que le Maroc « a un grand potentiel pour attirer les investissements japonais car il s’agit de la deuxième destination des investissements japonais sur le continent africain », insistant sur la présence de 68 entreprises japonaises au Maroc, employant environ 40 000 travailleurs de la main-d’œuvre locale. Takuji Hanatani a ajouté en ce sens que « les importants avantages concurrentiels du Maroc incitent de nombreuses entreprises japonaises à en tirer des bénéfices ».

Pour sa part, Habib El Malki a passé en revue « les efforts déployés par le Royaume pour trouver une solution définitive au conflit au Sahara » et a fait part à son hôte de « l’implication du Maroc dans le processus de règlement des différends au sein de l’ONU », rappelant la position marocaine, convaincue que les Nations Unies restent la seule partie responsable dans ce dossier.

« Les origines de ce conflit remontent à la période de la guerre froide, un conflit régional dès le début, et le monde est devenu plus conscient des conditions et des circonstances de cette question artificielle », a déclaré El Malki.

Au niveau parlementaire, le Président de la Chambre des représentants a réitéré son appel à une visite de travail de son homologue japonais au Royaume, avec « la nécessité de donner une nouvelle dynamique au travail des groupes d’amitié entre les deux pays ».

Polémique sur les bénévoles belges: le parlementaire PJD bat sa coulpe