Photos et vidéos de moutons ou quand dérision prime sur la réalité de l’Aïd al Adha

11 Août 2019 à 12:44 Société
Photos et vidéos de moutons ou quand dérision prime sur la réalité de l’Aïd al Adha

Nombre de photos d’ovins, de caprins ou autres, voire d’images truquées et de vidéos en cette période où l’on s’apprête au sacrifice rituel, sont utilisées sur le net pour illustrer souvent d’un humour souvent peu amène, le symbole par excellence de l’Aïd al Adha et qui se veut, être, le mouton.

Photos et photomontages toutes de dérision meubleront donc les derniers instants de cette malheureuse bête choisie divinement pour être sacrifiée. On assiste alors à des dérives de société vidant le sens spirituel de l’Aïd Al Adha. Le message d’Abraham « sacrifice du mouton à la place de son fils » en devient du coup un rite profane de par ces « convenances » sociales des temps nouveaux.

Et la compétition en devient féroce sur les réseaux sociaux. C’est à qui diffusera l’image (vidéo ou photo) la plus inspirée. À ce petit jeu de la dérision, les internautes excelleront de créativité, et ce jusqu’au jour J. En partageant des images insolites, ils alimentent, un festival du rire, informel par la force des choses, proportionnel à un esprit de dévotion autre que celui auquel il se doit d’être.

La frénésie bat son paroxysme. Cela va du mouton portant un casque que l’on transportera sur vélomoteur en passant par celui chaussé d’espadrilles, rasée et flanquée d’une icône de marque sportive, en tête de punk, portant béret et lunette, en couche-culotte et on en passe des mûres et des pas vertes de la liste de ce « Game of Grones » bien trop longue à disserter.

Ces entorses à des préceptes dits rigoristes, que d’aucuns considèrent comme mineures et qu’ils oublieront du reste, aussitôt la fin de la symphonie de bêlements sur la cité le jour venu, interpellent à plus d’un titre.

Aussi s’il est un message à ce lynchage médiatique, c’est celui du respect que l’on doit envers un animal choisi divinement pour être sacrifié à notre place. Ne justifions donc pas ces pratiques qui ne respectent aucun sens logique de la doctrine en faisant le jeu des soi-disant traditions culturelles aux dépens de valeurs religieuses.

M.J.K  

Essaouira : Les MRE mis à l'avant pour la journée nationale du migrant