Projet de loi sur la grève: la FISE appelle El Othmani à retirer le texte du parlement

08 Août 2019 à 17:38 Politique
Projet de loi sur la grève: la FISE appelle El Othmani à retirer le texte du parlement

La Fédération nationale de l’Enseignement a informé la Fédération syndicale mondiale (FSM) et de la Fédération internationale des syndicats de l’enseignement (FISE) dont elle est membre que le gouvernement El Othmani a transmis le projet de loi organique 15-97 de la grève au Maroc, au Parlement. Un texte que la fédération siégeant à Athènes considère dans sa lettre adressée au Chef du gouvernement comme « imposé de facto à la classe ouvrière et à ses organisations syndicales ».           

Dans sa lettre, dont Hespress FR détient une copie, la FSM fait savoir au Chef du gouvernement que « les conventions internationales dans le domaine du travail stipulent la nécessité de négocier avec le syndicats en tant qu’apport fondamental au débat sur les lois sociales avant de les renvoyer à l’institution du parlement ».

Ayant pris connaissance du projet de loi organique 15-97, l’organisation internationale émet son constat : « Il (le texte, NDLR) vise à saper le droit de grève en tant que droit social et constitutionnel utilisé par la classe ouvrière pour contrer les choix d’employeurs hostiles ».

Forte d’une base de 100 millions de de travailleurs dans 132 pays, la FSM déclare à Saâd-Eddine El Othmani que le texte « a été élaboré à l’insu des organisations syndicales » et le met en garde s’il « envisage de le faire passer par la majorité parlementaire ». « Ce projet vise principalement à criminaliser l’action syndicale et à licencier les travailleuses et travailleurs sans conditions légales et sociales », commente la FSM dans son courrier.

L’objectif de la fédération à travers cette lettre se veut dans le cadre de la défense de la classe ouvrière au Maroc, rendant hommage à sa « contribution consciente, qualitative et quantitative à la production de la richesse nationale » et exige « la protection de ses droits et ses acquis, principalement le droit de grève sans obstacles ni difficultés ».

La FSM a exprimé, en fin, sa « profonde protestation », et appelle « à retirer du parlement ce projet de la loi organique de la grève, et à respecter le droit international la règle normative selon laquelle la procédure de négociation avec les organisations syndicales est une option sans réserve, dans la production de lois au service des producteurs du bien ».

Drame de Sidi Allal Bahraoui: le PSU soutient l'appel à une marche de protestation dans la ville