Croissance économique : Le gouvernement s’attend à une hausse de 3,7 % en 2020

27 Juil 2019 à 00:10 Economie
Croissance économique : Le gouvernement s’attend à une hausse de 3,7 % en 2020

3,7 %, c’est le taux de la croissance économique ciblé par le Maroc à l’horizon 2020. Cet objectif semble réalisable selon les données du ministère de l’Économie et des Finances, présentées par Mohamed Benchaaboun le 25 juillet.

Le taux de la croissance économique est de 2,9 % actuellement, et devrait se hisser à 3,2 % d’ici la fin de l’année en cours. Le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a déclaré suite au Conseil du gouvernement, tenu le 25 juillet, que « les perspectives de croissance économique pour 2020 font ressortir une amélioration du taux qui atteindrait 3,7 %, avec une prévision d’un taux de croissance qui serait de 2,9 % durant l’année en cours ». El khalfi a rajouté par ailleurs que « cette année a été marquée par une amélioration du déficit budgétaire, non seulement en termes de taux, mais également en termes de valeur financière ».

Ce déficit a reculé de 4,5 milliards de dirhams par rapport à l’année dernière durant laquelle il était de 21,1 milliards de dirhams, tandis qu’il est passé à 16,6 milliards de dirhams à fin juin 2019, a-t-il poursuivi.

Dans ce sens, il est à noter que la valeur ajoutée agricole, qui est de -0,6 % actuellement, avec des prévisions d’un taux de -1,5 % d’ici fin 2019. Ce taux devrait par ailleurs connaitre un bond important, pour s’établir à 4,1 % en 2020, avant de se maintenir à des taux stables de 3,1 % et 3,8 % en 2021 et 2022. Pour ce qui est de la contribution non agricole, elle devrait connaitre une stabilité à l’horizon 2022, puisqu’elle est de 3,3 % actuellement, avec des prévisions à la hausse à fin 2019 (3,7 %), 3,6 % en 2020, 3,8 % en 2021 et 4 % en 2022.

Cela dit, arriver à ces réalisations dépend de plusieurs facteurs économiques nationaux et internationaux, notamment la guerre économique entre la Chine et les États-Unis, le Brexit, mais aussi la variation des prix du pétrole. Toutefois, il semble que la situation est sous contrôle, selon les données présentées par le ministre de l’Économie et des Finances, qui poussent à croire que le royaume peut atteindre ces objectifs à terme.

Quand l’ONDA se veut être aux petits soins des passagers, c’est « INNOVATION DAY »