Loi cadre 51.17: Une « liquidation de l’enseignement public » selon la FNE

26 Juil 2019 à 13:37 Education
Loi cadre 51.17: Une « liquidation de l’enseignement public » selon la FNE

La Fédération nationale de l’enseignement (FNE) a exprimé son rejet après l’adoption par la Chambre des représentants du Projet de loi-cadre censé réformer le système éducatif marocain. Le texte est perçu par le syndicat autonome comme « une liquidation de l’enseignement public », imputant ainsi la responsabilité politique aussi bien à l’Etat, au gouvernement, qu’aux partis politiques qui ont approuvé son adoption.

Même après son adoption à la première Chambre en attendant son vote à la deuxième Chambre, le Projet de loi-cadre N°51.17 relatif au système de l’éducation, de l’enseignement, de la formation et de la recherche scientifique continue de faire polémique.

La FNE le place dans un contexte peu enviable en expliquant qu’il s’agit d’une « attaque de classes de l’Etat marocain et de ses gouvernements successifs sur les acquis du peuple marocain, en particulier de la classe ouvrière et de l’ensemble des travailleurs et des étudiants ».

Secrétaire général du syndicat, Abderazzak El Idrissi parle de « mouvement politique et idéologique en faveur du démantèlement de tous les services publics et de leur privatisation dans les domaines de l’éducation, de la santé, du logement, du sport, de la culture et de l’emploi.

Le responsable syndical se réclame « des forces opposantes victimes de la dispersion du mouvement syndical et sa faible capacité à réagir à toutes les lois régressives ».  Il cite à titre d’exemple la séparation de l’emploi et de la formation, la réforme des systèmes de retraite, la déduction des salaires des grévistes, le recrutement par contrat, la loi-cadre 17-51 tout juste adoptée par la Chambre des représentants, ou encore la loi sur la grève dont il rejette le contenu actuellement en discussion au parlement.

Pour la FNE dont il est le premier porte-parole, il existe une « alliance entre le patronat et l’Etat qui imposeraient les conditions d’exploitation, d’appauvrissement et de travail forcé ».

« La ratification du Projet de loi-cadre 17-51 de la version renouvelée du contenu de la Charte nationale de l’éducation et de la formation, contribuera à la détérioration du système d’éducation et lancera le gouvernement actuel dans une nouvelle phase qui consiste à supprimer officiellement la gratuité de l’enseignement et la consolidation de la contractualisation dans l’emploi et le triomphe de la privatisation de l’enseignement primaire à l’enseignement supérieur », estimé-t-il.

Pour le Secrétaire général de la FNE, « nous, hypothéquons ainsi l’avenir des enfants du peuple marocain et mettons un secteur stratégique et vital entre les mains de spéculateurs et de courtiers ».

La FNE condamne dans le même sillage ce qu’elle qualifie d' »agression sur le peuple marocain, dont le principal droit est celui de disposer d’une éducation publique gratuite, unie et de qualité, du premier cycle à l’enseignement supérieur ».

A cet effet, El Idrissi appelle, avec candeur, le gouvernement à retirer le projet de loi-cadre « qui aura de graves conséquences sur l’éducation publique et l’avenir du pays ».

L'ESI en est à sa 5ème promotion d'Ingénieurs d’État