Algérie: Un 22ème vendredi coïncidant avec la finale de la CAN

19 Juil 2019 à 17:25
Algérie: Un 22ème vendredi coïncidant avec la finale de la CAN

Les Algériens sont descendus dans les rues pour mener un nouvel épisode de manifestations hebdomadaire anti-système. Ce 22ème rendez-vous intervient au moment où l’équipe nationale algérienne de football affrontera le Sénégal en finale de la Coupe d’Afrique des Nations.

Les Algériens entendent bien faire résonner leurs voix avant cet important rendez-vous footballistique qui marquera sans doute l’Histoire du football algérien avec un deuxième titre continental.Le premier était en 1990 à domicile. Après le 20ème vendredi de contestation qui a coïncidé avec la fête nationale d’Indépendance, cette semaine, le Hirak coïncide encore une fois avec une événement d’une ampleur nationale.

Cinq mois de Hirak intense de la part de tous les Algériens et autant de petites victoires symboliques contre un système qui a rongé le pays. Cette fois, la rue compte sortir deux fois ce vendredi, la première pour honorer leur engagement envers la démocratie et les droits du peuple Algérien, la seconde pour célébrer une victoire attendue de l’équipe algérienne de football, une équipe forte dont les prestations ont été saluées dans la presse depuis le début de la compétition. En cas de victoire, ce sera non seulement du baume au cœur apporté au peuple mais aussi ce sera aussi une source de motivation supplémentaire pour continuer le combat pour la démocratie.

Le vent de la contestation s’est emparé de toutes les villes d’Algérie ce vendredi emmenant dans son passage des cris anti-Gaid Salah, appelé à aller à la « poubelle », selon les slogans des manifestants dans la capitale.

A Mostaganem, les manifestants ont défilé dans une ambiance bon enfant dans le centre-ville scandant des slogans appelant au départ de tous les symboles du système. « Gaa yerahlou chiyata ouel Aissaba » (tous vont dégager, la mafia et les larbins) » ou encore « Chaab yourid El istiqlal (le peuple veut l’indépendance) », ont-ils répété à tue-tête.

La mobilisation reste toujours aussi forte en ce 22ème vendredi malgré les tentatives répétées et désespérées du régime de décourager les manifestants. A Tizi Ouzou, les autorités ont lancé des travaux en plein centre-ville, point de rassemblement de la contestation.

A Alger, de nombreux membres des forces de l’ordre ont été mobilisés pour encadrer les marches, en plus des dizaines de camions de police stationnés pour diminuer l’espace des manifestations. Et la place Audin, qui a été le cœur battant de la contestation durant les premiers mois du Hirak a été fermée par la police.

Détroit d'Ormuz: Téhéran ironise sur les affirmations erronées de Donald Trump