Rapport sur les DH: Le chômage bat des records et la santé reste médiocre

19 Juil 2019 à 15:40 Société
Rapport sur les DH: Le chômage bat des records et la santé reste médiocre

Le chômage, l’enseignement et la santé sont une épine dans les pieds du gouvernement. Toutes les mesures prises et les réformes engagées dans ces trois secteurs fondamentaux ces dernières années n’ont pas permis de remédier aux dysfonctionnements qui les gangrènent. Le nouveau rapport publié par le ministère d’Etat chargé des droits de l’homme confirme ce constat.

En effet, selon ce rapport du département de Mustapha Ramid « les efforts du gouvernement dans le développement de l’emploi n’ont pas permis de réduire le taux de chômage au Maroc qui continue de dépasser largement le taux de création d’emploi si l’on revient aux chiffres de 2016 et 2017 où le taux de chômage a augmenté de 4,2% tandis que le taux de création d’emplois a représenté 0,8% soit une différence de 3,4 points ».

Le rapport qui retrace les réalisations du Maroc en matière de droits de l’Homme pour la période post-constitution de 2011, indique qu’entre 2012 et 2018 quelque 215.000 postes financiers ont été créés. Le nombre de fonctionnaires, si l’on ajoute ceux des académies régionales de l’éducation et de la formation (AREF), s’est établi à 642.000 à fin 2019 souligne le rapport qui indique pareillement que le gouvernement s’engage à réduire le taux de chômage de 8,5% d’ici 2021.

La Santé a mal

En ce qui concerne les droits sociaux et économiques, le rapport s’est arrêté sur l’un des secteurs les plus sensibles et critiques au Maroc, à savoir la Santé. Il en ressort que « le système de santé souffre d’une insatisfaction endémique malgré la création de nouvelles facultés de médecine générale, pharmacie et dentaire et l’augmentation de sa capacité d’absorption. Le Maroc continue d’enregistrer un manque énorme en matière de supervision et de contrôle médical qui restent très limités par rapport aux normes internationales ».

Dans les détails, le rapport du département de Ramid relève que le Royaume dispose de 7.3 cadres médicaux pour 10.000 habitants, sachant que le taux approuvé par l’OMS est de 13 cadres pour 10.000 habitants.

Côté qualité de service de santé, le taux élevé des consultations réalisées dans les établissements privés de santé et qui s’élève à 57% du total des consultations, laisse planer le doute sur la qualité des services offerts dans les établissements de santé publique.

Passant au secteur de l’éducation et le droit à l’enseignement, dans ledit rapport gouvernemental il est souligné que « la vision stratégique  2015-2030 porte sur des réformes pour une école de qualité et d’égalité des chances à tous les niveaux », notant que le projet de loi cadre 51.17 relatif à l’éducation a « franchi des étapes très avancées dans le processus législatif».

Pour le budget alloué à l’éducation nationale au titre de l’année 2019, il est estimé selon le même rapport à 50,321 milliards de DH soit une hausse de 8 milliards de DH, et de 16% par rapport à 2012.

Toujours dans le secteur de l’éducation, le rapport fait savoir que le nombre d’élèves non scolarisés a baissé, passant de 400.000 élèves en 2016 à 269.000 élèves en 2018. Ce chiffre devrait baisser encore plus de 5.7% au titre de l’année scolaire 2017-2018 de 5.7% à 2.5% au titre de l’année 2020-2021.

Du côté des étudiants bénéficiaires d’une formation professionnelle, le nombre est passé de 327749 à  433.007 étudiants bénéficiaires entre 2011 et 2018 pour un taux de croissance de 32%.

Le rapport relève toutefois que même si les réalisations dans ces trois secteurs vitaux demeurent en deçà des aspirations, les indicateurs sont « satisfaisants », avec la nécessité de poursuivre les réformes et de déployer davantage d’efforts.

Transport en commun à Casablanca: Mostafa Chanaoui fait le tour de la question