Bouachrine introduit une deuxième demande de grâce royale

17 Juil 2019 à 19:26 Société
Bouachrine introduit une deuxième demande de grâce royale

L’ancien directeur d’Akhbar Al Yaoum, Taoufik Bouachrine, poursuivi devant la chambre correctionnelle près le tribunal de première instance de Casablanca, notamment pour traite humaine, a introduit une demande de grâce auprès du Roi Mohammed VI.

Asmae Moussaoui, l’épouse de Bouachrine, condamné en première instance à 12 années de prison ferme, a indiqué qu’il s’agit de la deuxième demande de grâce royale introduite par son époux.

« Ce n’est pas la première fois que Taoufik en appelle au Roi, et il n’est pas du tout contre le recours à la plus haute autorité du pays », a-t-elle précisé dans une déclaration à Hespress.

« Le Roi est le souverain de tous les Marocains, et mon époux est le premier défenseur de la monarchie, et son recours au Monarque est sa manière de demander justice en se tournant vers le symbole de la justice dans le pays », a ajouté Asmae Moussaoui.

Et de souligner que son époux « n’a pas de problème avec le Roi, et sa publication élaborait des dossiers sur les activités royales à différentes occasions ».

« Nous nous sommes adressés à toutes les institutions constitutionnelles du Maroc, sans pour autant qu’on nous rende justice, et il ne nous reste que le Roi vers qui nous tourner », a-t-elle insisté.

Pour rappel, le procès de Bouachrine se poursuit en appel, sur fond de discorde entre le parquet et la défense concernant le caractère public des séances.

Dans ce sens, le procureur général du Roi, Mohamed Messaoudi a affirmé être contre le huis-clos demandé par la défense, afin que l’opinion publique soit parfaitement au fait du déroulement des événements et que personne n’accuse le ministère public de « mensonge.

Boulif souligne l’importance de la santé visuelle des professionnels de la route