Londres accuse Téhéran d’avoir tenté d’empêcher le passage d’un pétrolier britannique

11 Juil 2019 à 17:18 Monde
Londres accuse Téhéran d’avoir tenté d’empêcher le passage d’un pétrolier britannique

L’Iran et la Grande-Bretagne s’écharpent en mer ces derniers jours à cause de l’arraisonnement du Grace 1, un pétrolier iranien à Gibraltar. Un acte qui a été perçu comme de la piraterie par Téhéran. Jeudi, Londres a affirmé que des navires iraniens ont tenté d' »empêcher le passage » d’un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz. 

Quelques jours seulement après avoir fait arraisonner le Grace 1, un pétrolier iranien suspecté de livrer du brut en Syrie et le même jour de l’arrestation du capitaine et d’un officier du bâtiment, Londres a accusé Téhéran d’avoir tenté d’empêcher le passage du pétrolier britannique HMS Montrose qui a été « contraint de se positionner entre les navires iraniens et le British Heritage et de lancer des avertissements verbaux aux navires iraniens, qui ont ensuite fait demi-tour », selon un porte-parole du gouvernement.

« Contrairement au droit international, trois navires iraniens ont tenté d’empêcher le passage d’un navire de commerce, le British Heritage, dans le détroit d’Ormuz » a ajouté le porte-parole affirmant que la Royal Navy avait dû intervenir en déployant une frégate pour porter secours au pétrolier.

De son côté, les Gardiens de la révolution iraniens, l’armée idéologique de la République islamique, ont nié ces informations en déclarant qu’il n’y a eu aucune confrontation avec quelconque navire dans les dernières 24 heures. « Il n’y a eu aucune confrontation avec des navires étrangers, y compris britanniques, au cours des dernières 24 heures », précise un communiqué publié par l’agence de presse Sepah News.

Mercredi, le président iranien Hassan Rohani a exprimé sa colère face à l’arraisonnement forcé du Grace 1 et averti de « conséquences ». Washington et Londres « regretteront amèrement » la saisie de ce pétrolier a déclaré de son côté un responsable des Gardiens de la révolution.

Scandale 1MDB: La justice américaine développe son enquête sur la Deutsch Bank