LOF : Le Maroc opte pour une gestion axée sur les résultats au lieu des performances

11 Juil 2019 à 12:40 Economie
LOF : Le Maroc opte pour une gestion axée sur les résultats au lieu des performances

Le Maroc est en train d’entamer une réelle transition au niveau de sa gestion administrative. Le royaume a initié en 2013, en coopération avec l’Agence Française d’Expertise Technique Internationale (AFETI), un contrat de jumelage d’une valeur de 1,6 million de dollars, dont l’objectif d’apporter une réforme concrète de la Loi Organique des Finances (LOF) sur une période 5 années.

Le contrat de jumelage, conclu entre le ministère des Finances et l’Agence Française d’Expertise Technique Internationale « Expertise France », a permis au royaume d’améliorer grandement la gestion publique de façon générale. Celui-ci a contribué à la modernisation des processus de gestion du royaume de façon à s’aligner sur ce qui se fait à l’international.

Pour ce qui est de la réalisation des objectifs fixés par la LOF, il faut savoir que le Maroc en est à la quatrième phase de réalisation de ce chantier, l’une des principales mesures étant une transition vers l’adoption d’une démarche basée sur une évaluation des résultats et non des performances des différents départements ministériels concernés. Ceux-ci s’engagent par ailleurs à présenter des justifications de l’état d’avancement de la réalisation de leurs chantiers, tout en élaborant des rapports pour justifier les retards dans ce sens.

Photo Mounir Mehimdate

Par ailleurs ce contrat de jumelage a permis au royaume de marquer un bond notable au niveau de la modernisation de l’administration publique, à travers l’adoption d’une stratégie de transformation digitale adaptée. Cela se fait bien évidemment sur deux niveaux, le premier étant externe, et concerne la relation des administrations avec les citoyens et leur entourage, alors que le deuxième se fait à un niveau interne et concerne la gestion de leur propre communication. Il est vrai que le Maroc ne s’aligne pas encore sur d’autres pays, plus développés dans ce sens, mais le royaume reste toutefois assez avancé dans ce domaine.

Frank Mordacq, chef du jumelage de l’AFETI, a dans ce sens indiqué à Hespress FR  que « Tous les pays ont à faire des progrès sur l’amélioration des processus et la dématérialisation des relations avec les usagers« .

Pour rappel, le contrat de jumelage a permis au ministère de tutelle de profiter d’une expertise et une assistance technique de la part de l’AFETI pour ce qui est de la réforme de la LOF. Cela s’est traduit par un appui à l’élaboration de nouvelles règles et réglementations pour la mise en œuvre de la Loi, entrée en vigueur en juin 2015, auprès des différentes parties prenantes.

La réforme de la LOF a porté sur trois axes principaux, notamment le renforcement de l’efficacité des politiques publiques et l’amélioration de la qualité des services publics, l’édiction des principes et règles financières pour l’amélioration de la lisibilité budgétaire, ainsi que l’accroissement du rôle du Parlement pour ce qui est du contrôle et l’évaluation des politiques budgétaires.

Croissance : Prévisions à la hausse pour 2020, mais qu'en est-il vraiment ?