El Othmani: le PPP ne signifie pas que l’État se retire de l’investissement public

09 Juil 2019 à 19:07 Gouvernement
El Othmani: le PPP ne signifie pas que l’État se retire de l’investissement public

Dans son discours mensuel devant les conseillers de la deuxième Chambre, ce mardi 9 juillet, sur la « stratégie du gouvernement dans la gestion des investissements publics dans le cadre de l’amélioration de son efficacité », le Chef du gouvernement a notamment indiqué que le choix du partenariat public-privé (PPP) ne signifie pas un repli de l’Etat sur lui même ou un retrait de ses responsabilités dans le domaine de l’investissement public.

Pour Saâd-Eddine El Othmani, le renforcement du partenariat entre les secteurs public et privé est « un moyen essentiel de promotion des investissements publics, d’en garantir la durabilité et d’accroître son efficacité en fournissant un service public de qualité et en allégeant le budget de l’État ». Il a souligné que ce partenariat contribue au renforcement des infrastructures nécessaires et à la fourniture d’un service public de haute qualité et compétitif.

Le Chef du gouvernement a mis en évidence un certain nombre d’études montrant que « le Maroc devrait bénéficier de l’utilisation de partenariats entre les secteurs public et privé afin d’attirer des fonds supplémentaires pour créer et renforcer ses infrastructures« .

 » Cela réduirait, explique-t-il, les contraintes budgétaires et améliorerait la rentabilité des investissements publics« . S’ils sont mis en œuvre conformément à une stratégie bien pensée, ajoute le Chef du gouvernement, les PPP « peuvent être un outil efficace pour atteindre les objectifs de création de richesse et d’emplois et pour améliorer les finances publiques« .

L’utilisation d’un pareil mécanisme permettra à son gouvernement d’allouer et de canaliser de manière stratégique les ressources budgétaires globales, « ce qui permettra de dégager des ressources supplémentaires pour augmenter les investissements publics dans les secteurs sociaux« , prévoit Saâd-Eddine El Othmani.

Photo Mounir Mehimdate

Compte tenu de l’absence de projets ayant bénéficié de ce mécanisme, et dans le but d’améliorer le cadre juridique des PPP, le chef de l’Exécutif a rappelé que le gouvernement a adopté le projet de loi 46.18 le 25 avril dernier, portant modification de la loi 86.12 sur les Accords de partenariat public-privé. Le texte sera déposé au Parlement dans les prochaines semaines, a-t-il assuré devant les élus de la Chambre des conseillers.

Le projet de loi en question s’attaque à certains problèmes liés à l’activation lente des PPP, en les rendant plus flexibles et attrayants pour les investisseurs privés, en fournissant des services administratifs, sociaux et économiques et des infrastructures qui donneront un nouveau dynamisme au développement de ce type de partenariat, tenant compte des spécificités du monde des affaires à l’échelle régionale et locale.

Genève: Benyoub défend son plan de lutte contre le racisme et la discrimination raciale