Casablanca: Deux nouveaux délégataires pour une ville plus propre

25 Juin 2019 à 16:33 Société
Casablanca: Deux nouveaux délégataires pour une ville plus propre

Casablanca sera plus propre! C’est ce qu’a promis, ce mardi 25 juin, le maire de la ville Blanche, Abdelaziz El Omari, lors de la cérémonie marquant  l’entrée en vigueur des nouveaux contrats de gestion délégué de la collecte des déchets et de nettoiement.

Ce sont les sociétés Averda environnementale services et Derichbourg Casablanca qui ont remporté l’appel à la concurrence international, lancé par le conseil de la ville suite à la résiliation des contrats avec l’ancien délégataire Sita Casablanca. Les deux entités assureront désormais la gestion déléguée de la propreté urbaine et de la gestion des déchets ménagers et assimilés pour une durée de 7 ans.

« Cette cérémonie est organisé pour annoncer cette nouvelle phase au niveau du dossier de la propreté au niveau de la ville de Casablanca. Nous avons procédé, après la résiliation des anciens contrats de 2014, à l’élaboration d’un cahier de charge selon une approche participative pour essayer de constituer et tirer des leçons de la phase passée. On a lancé un appel d’offre international pour recruter et essayer de choisir les partenaires privés qui vont travailler avec nous sur ce secteur », a déclaré à Hespress Fr, Abdelaziz El Omari.

Il s’agit de contrats de la nouvelle génération, basés sur l’obligation des résultats et pas seulement l’obligation des moyens, souligne le Maire de la ville blanche qui a indiqué à Hespress Fr, qu’un « système de collecte nocturne a été mis en place aux côtés d’un système de contrôle et de suivi, et un ensemble de systèmes d’information pour maîtriser la réalisation du service sur le terrain ».

El Omari n’a pas manqué de rappeler que pour réussir ce « défi », la mobilisation et l’aide des citoyens casablancais est nécessaire.

« On ne peut pas réussir ce défi sans l’engagement du citoyen, et je profite de cette occasion pour, d’abord, féliciter les équipes qui travaillent jour et nuit dans ce secteur très sensible, mais aussi demander à tous les citoyens de Casablanca de participer à la réussite de cette nouvelle génération de contrats en changeant les comportements et en s’adaptant avec les nouvelles mesures et orientations de ce nouveau contrat en vue de rendre notre ville propre, comme on veut, ensemble », a-t-il plaidé.

Interrogé par Hespress Fr sur la nouvelle mesure qui inciterait les hôtels, restaurants, et autres  établissements scolaires qui produisent la plus grande quantité de déchets dans la métropole à payer pour profiter du service de collecte de déchet, El Omari affirme que « le principe général, est le principe de pollueur ou payeur. Le citoyen paye la taxe pour les services communaux. Maintenant les grands producteurs de déchets sont obligés de payer pour pouvoir bénéficier de ce service par les délégataires ».

En ce qui concerne les horaires de la collecte de déchets dans la ville blanche, qui se fera dorénavant le soir à partir de 23h00, El Omari avance qu’«après le Benchmark réalisé, la meilleur façon c’est justement de réaliser la collecte le soir pour permettre aux Casablancais de se réveiller le matin sur des places publiques bien propres et bien nettoyées ».

Pour ce faire, le Maire de la métropole, invite les Casablancais à changer leurs habitudes et leurs comportements, en termes d’organisation de leurs foyers et leurs familles. « Il faut essayer de s’adapter à ce nouveau mode pour ne pas trouver, justement, après le passage de l’équipe de collecte, quelqu’un qui sort ses déchets à 11h du matin ce qui va générer des perturbations au niveau du nouveau système, Des campagnes de sensibilisation seront bien sûr menées pour réussir ce nouveau contrat », a-t-il conclu au micro de Hespress Fr.

A quel coût?

Le budget alloué à ces nouveaux contrats de gestion déléguée s’élève à 893.000.000,00 DH HT par an. Les nouveaux contrats entreront en vigueur avant la fin du mois de juin 2019 avec comme particularité, l’obligation de résultat, l’amélioration de la qualité des prestations, la collecte nocturne, l’initiation au tri bi-flux, l’aménagement des points de regroupement des conteneurs, l’équipement de certains quartiers par la conteneurisation enterrée, avec un contrôle informatisé instantané afin d’atteindre une meilleure qualité des prestations et une satisfaction des casablancais.

Qui s’occupera de quoi ?

La société Averda environnementale services assurera la collecte des déchets et le nettoiement de quatre préfectures, les lots 2 et 4, à savoir Ain Chock, Hay Hassani, Ain Sebaa- Hay Mohammadi et Sidi Bernoussi.

Pour la société délégataire Derichebourg Casablanca, elle assurera la collecte des déchets et le nettoiement de quatre préfectures également, les lots 1 et 3, qui comprennent les quatre autres préfectures de la métropole, à savoir Anfa, Al Fida Mers Sultan, Ben Msick et Moulay Rachid.

Les deux sociétés délégataires auront comme mission de collecter et d’évacuer les déchets et le nettoiement des artères et des places publiques (chaussées, trottoirs, places, caniveaux, mobilier urbain ..) ainsi que l’installation, la mise en service et la maintenance des différents capteurs des chariots de balayage, des véhicules de collecte et de nettoiement, y compris les récepteurs GPS.

L’installation de puces RFID et la remise d’une base de données géolocalisées relative au parc de conteneurs et de puces RFID installés, la transmission des données dans les délais et selon des protocoles prévus, l’encadrement et la formation du personnel, son suivi sanitaire, la fourniture d’équipements de protection individuelle (EPI), la maintenance et la gestion des biens de retour, l’obtention de la certification ISO 9001 pour l’ensemble des prestations déléguées et enfin l’établissement du Plan Qualité Maintenance (PQM) comprenant l’instauration du logiciel de Gestion de la maintenance assistée par ordinateur (GMAO).

Pour Dakie Miri, responsable d’exploitation au sein de la société Derichebourg, « la ville de Casablanca est passée par une +courte histoire+ ces deux dernières années extrêmement difficile. Ça a laissé des traces sur l’imaginaire collectif ».

« Tout le monde trouve que Casablanca peut mieux faire en termes de propreté et ça a laissé des traces également chez les décideurs qui ont courageusement pris la décision de résilier le contrat avec l’ancien délégataire pour réécrire un nouveau cahier de charges beaucoup plus contraignant en termes d’exigence, et surtout qui offre une nouvelle dimension au contrôle et au suivi des prestations », a-t-il déclaré à Hespress Fr.

« Derichebourg fort de son expertise a apporté une réponse, une offre, qui a été accueillie favorablement. Le groupe va démarrer l’exploitation de la propreté sous les lots 1 et 3 à Casablanca. Cela ne fait pas que nous obliger à respecter un contrat, mais nous oblige également du point de vue de la responsabilité morale, vis-à-vis justement de cette histoire qu’a eue Casablanca avec ce contrat de gestion déléguée. Donc ça nous oblige à être au rendez-vous des casablancaises et des casablancais », a-t-il avancé.

Interrogé sur les mesures que compte prendre son groupe pour reprendre les rênes de la ville blanche, notre interlocuteur indique que Derichebourg a réalisé un investissement qui se compte en centaines de millions de dirhams. « Plus de 400 millions de dirhams ont été investis par Derichbourg et par la nature, le type du matériel que nous allons apporter, par le nombre de matériel en quantité plus que suffisante qui va offrir une capacité logistique pour évacuer les déchets tous les jours de Casablanca et qui va être à la hauteur du défis qui nous attend ».

Dans les détails, Dakie Miri, indique à Hespress Fr que son groupe aura à collecter « plus de 1500-1600 tonnes de déchets par jour entre le lots 1 et 3. Ca couvre à peu prêt un peu plus de la moitié de la production des déchets de Casablanca. Donc c’est un défi qui est exceptionnel. On est rarement confronté à des périmètres aussi intenses d’un point de vue tonnage et c’est quelque chose d’extrêmement motivant pour l’ensemble des équipes » a-t-il conclu.

Enseignement supérieur: Saïd Amzazi fixe un nouveau numerus clausus