Vidéo d’une femme se disant victime d’actes criminels : la mise au point de la DGSN

11 Juin 2019 à 17:15 Société
Vidéo d’une femme se disant victime d’actes criminels : la mise au point de la DGSN

Une vidéo publiée sur Facebook et montrant une femme prétendant avoir été victime d’actes criminels dangereux à El Jadida sans que les services de sûreté ne réagissent sérieusement à sa plainte, avait suscité un vive émoi. La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a tenu à apporter ses éclaircissements affirmant avoir réagi avec « célérité et grand sérieux » à la vidéo en question.

En réponse aux propos de la femme, qui a également indiqué que la personne objet de ses griefs a été libérée par abus de pouvoir, la DGSN a souligné, dans un communiqué, que les faits évoqués par la plaignante ont fait l’objet d’une intervention de sûreté, selon une procédure judiciaire, cinq minutes seulement après la réception d’un appel sur la ligne téléphonique gratuite 19.

Et de préciser que l’intervention a conduit au placement du suspect en garde à vue avant de le déférer devant le parquet compétent qui détient les pleins pouvoirs pour décider de l’issue judiciaire.

Après avoir reçu un appel téléphonique du mari de la plaignante dimanche dernier à 03H45 faisant état de dégâts matériels causés à son véhicule par des personnes faisant du bruit au niveau de l’avenue Al-Nasr d’El Jadida, une patrouille de motards a vite été dépêchée sur les lieux, ajoute encore la DGSN, faisant savoir que ladite patrouille a constaté les dégâts sur la voiture de la partie plaignante et a arrêté le mis en cause qui se trouvait en état d’ébriété avancé.

Le suspect a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, avant d’être déféré devant la justice lundi matin, d’après le communiqué.

A cet égard, la Direction, qui assure que ses services ont appliqué la loi dans cette affaire, dément les déclarations erronées au sujet de ses fonctionnaires, soulignant que les investigations menées ont fait ressortir l’absence de toute intervention ou favoritisme ou abus de pouvoir durant l’enquête.

21 personnes recherchées arrêtées en mai dernier à Marrakech