Hamou Ouhelli: 63.000 sangliers abattus en 6 ans pour endiguer la menace

11 Juin 2019 à 18:32 Gouvernement
Hamou Ouhelli: 63.000 sangliers abattus en 6 ans pour endiguer la menace

Le Secrétaire d’État chargé du Développement rural et des Eaux et forêts Hammou Ouhelli répondait ce lundi 10 juin aux questions des députés de la première Chambre par rapport aux mesures prises par le gouvernement pour stopper les dangers que suscite de la prolifération du sanglier dans plusieurs régions du royaume. 

« Plusieurs régions dans l’Oriental mais aussi dans le sud sont terrorisés par la prolifération du sanglier sur leurs lieux d’habitat, leurs bétails les cultures agricoles », a déclaré le député PJD de Meknès Abdallah Bouanou en faisant état de la panique que sèment ces animaux sauvages, de plus en plus menaçants lorsqu’ils s’attaquent à des villages ou à des groupements résidentiels proches des domaines forestiers.

Egalement député du PJD, Brahim Chouiek a pour sa part expliqué que les causes du surnombre constaté chez les sangliers est structurel, causé par la dérégulation de l’équilibre naturel car les animaux prédateurs du sanglier sont devenus de plus en plus rares au Maroc. « Ses dangers sont nombreux, il menace la vie des riverains des forêts comme à Bouskoura dans la province Nouaceur et dans d’autres provinces où la présence de l’animal est devenue très inquiétante ».

« Dans le cadre de ses prérogatives et des lois en vigueur, particulièrement dans le domaine de la chasse, l’administration a déterminé plusieurs points noirs où il y a prolifération de cet animal », indique Secrétaire d’État chargé du Développement rural et des Eaux et forêts.

« Nous avons prévu d’intensifier les campagnes de chasse, ce qui a donné des résultats dans la mesure où pendant six ans, 63 000 sangliers ont été abattus », ajoute le responsable qui compare ce chiffre à la moyenne d’abattage antécédente à ces campagnes. « Avant, nous étions à 5000 sangliers abattus par an ce qui a limité les dégâts des sangliers dans plusieurs régions ».

Lahcen Daoudi aux pétroliers: "Nous vous devons un an de plafonnement"