Pakistan: Imran Khan face à l’obligation de budget d’austérité

11 Juin 2019 à 14:07 Monde
Pakistan: Imran Khan face à l’obligation de budget d’austérité

Le gouvernement d’Imran Khan doit présenter, mardi 11 juin, son premier projet de budget marqué par l’austérité. L’ancien champion de cricket, risque de ne pas atteindre ses promesses électorales.

Avec une croissance faible au terme de l’exercice budgétaire qui prend fin en juin (3,29% contre un objectif de 6,2% selon les chiffres officiels), le gouvernement d’Imran Khan doit présenter un projet de loi sous le thème de l’austérité. Une énième mesure qui risque de ne pas plaire.

Le gouvernement Khan arrivé au pouvoir en août 2018, avait déjà eu recours à des mesures économiques qui ont fait dévaluer la roupie et augmenter l’inflation, pour tenter de balancer les paiements.

« Le Premier ministre Imran Khan s’est engagé à (…) faire en sorte de corriger la situation de manière permanente même si nous devons traverser des temps difficiles pendant six mois ou un an ou même un an et demi », a déclaré lundi Abdul Hafeez Sheikh, le conseiller financier du Premier ministre Khan.

Le gouvernement de l’ex star du cricket a réussi à conclure en mai dernier, un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un prêt de six milliards de dollars sur un peu plus de trois ans. Mais l’accord doit toujours être approuvé par le conseil d’administration du FMI.

Imran Khan avait remporté le scrutin législatif l’été dernier sur la base d’un programme axé sur les investissements dans les secteurs de la santé et de l’éducation, mais avec ce projet de budget qui devrait mettre fin à l’amnistie fiscale et devrait au contraire taxer plus les Pakistanais, les promesses électorales du Premier ministre pourraient se voir avortées.

Le gouvernement du Premier ministre pakistanais Imran Khan présentera mardi un premier budget placé sous le signe de l’austérité après avoir récemment conclu un accord pour un prêt de 6 milliards de dollars du FMI.

Pyongyang exhorte les USA à revoir sa politique "arrogante" vis à vis de la Corée du Nord