OIT: El Othmani souligne l’interaction du Maroc avec expose le système normatif international

10 Juin 2019 à 20:02 Politique
OIT: El Othmani souligne l’interaction du Maroc avec expose le système normatif international

La 108è session de l’Organisation internationale du Travail (OIT) s’est ouverte ce lundi à Genève. Le Maroc y est représenté par le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, qui a exposé, dans son intervention devant les participants, l’interaction du Maroc avec le système normatif international dans le domaine du travail.

El Othmani qui s’exprimait dans le cadre de la section de haut niveau de cette conférence marquant le centenaire de l’OIT, a fait savoir que le Royaume, et sur la base de son autorité constitutionnelle, a choisi clairement de traiter de manière positive le système normatif dans le domaine des activités menées par l’OIT.

Il a, dans ce sens, rappelé que le Maroc a récemment entrepris le dépôt des instruments de ratification de trois importantes conventions internationales du travail: « Convention internationale du travail n° 187 sur le cadre promotionnel pour la sécurité et la santé au travail 2006 », « Convention internationale du travail n° 97 » sur les travailleurs migrants et « Convention internationale du travail n° 102 » sur la sécurité sociale.

Pour lui, cela « va dans le sens de l’implication du Maroc dans la poursuite de la construction démocratique et de son engagement à renforcer le système des droits de l’homme ».

Ainsi, conformément aux choix du Maroc dans le cadre de la nouvelle politique d’immigration lancée par le Roi Mohammed VI et de la Charte mondiale des migrations signée à Marrakech, le Maroc a déposé les instruments de ratification de la Convention internationale n° 97 sur les travailleurs migrants, a encore relevé le chef de gouvernement.

Et d’affirmer que ces efforts sont conformes à la politique d’immigration et d’asile marocaine, fondée sur une approche humaine et responsable visant à régler juridiquement le statut des migrants et des réfugiés, à garantir leurs droits et à améliorer leur intégration dans la société marocaine, conformément aux conventions et pactes internationaux auxquels le Maroc s’est engagé.

Sur un autre volet, El Othmani a indiqué que le Maroc a mis en place des mesures visant à généraliser et à élargir le nombre des bénéficiaires du système de protection sociale, notamment en développant le recours au Régime d’assistance médicale RAMED.

La couverture sanitaire au Maroc s’est considérablement améliorée et est passée de seulement 16% des Marocains (environ 5 millions de personnes) en 2005 à environ 60% aujourd’hui, a-t-il précisé.

Il a de même abordé la mise en place d’un système de surveillance pour les catégories pauvres et vulnérables, la création d’un registre social unifié au niveau national et l’amélioration des conditions du programme d’appui aux femmes veuves du Fonds d’entraide familiale.

Par ailleurs, le chef du gouvernement a mis en avant le rôle primordial de l’OIT dans la promotion de la justice sociale et du travail décent, soulignant la conviction du Royaume en l’importance des organisations multilatérales et leur rôle essentiel dans la résolution des problèmes mondiaux qui touchent de larges segments de citoyennes et de citoyens.

Il a, à cet égard, réitéré l’adhésion sérieuse et volontaire du Maroc aux programmes de l’OIT, à la mise en œuvre de ses conventions et résolutions, ainsi qu’à la coopération et à l’échange d’expertises et d’expériences avec les États membres pour le bien commun.

Appelant à instaurer une transformation dans les politiques d’emploi, qui revêt une importance majeure laquelle nécessite une mobilisation communautaire globale qui met l’enjeu de l’Emploi à la tête des priorités nationales, El Othmani a fait observer que le Royaume poursuit ses efforts, dans ce sens, à travers des politiques et des programmes visant la diminution du taux de chômage et l’interaction entre les différentes initiatives sectorielles relatives à la promotion de l’Emploi.

Dans un autre registre, il a insisté sur l’intérêt accordé par le gouvernement, dans le cadre de l’approche tripartite qui caractérise l’OIT et tout en étant conscient de la nécessité d’un travail collectif entre le Gouvernement et les partenaires sociaux et économiques, au dialogue social, ce qui a abouti, grâce aux efforts déployés par les trois parties, à la conclusion d’un accord social le 25 avril dernier qui s’étend sur 3 ans (2019-2021).

Saisissant l’occasion de la célébration « de cette fête mondiale des ouvriers », le chef du gouvernement a évoqué la souffrance du peuple palestinien et des ouvriers palestiniens, en particulier devant le blocus que leur impose l’occupation israélienne.

« Ils sont privés de vivre dignement et d’exercer leurs droits sur leur territoire national, ce qui exige de nous la condamnation de la confiscation des droits financiers des ouvriers palestiniens et le soutien du peuple palestinien jusqu’à la création de son Etat indépendant dont la Capitale est Al Qods Al Charif », a-t-il plaidé.

Le Maroc élu au Comité des Travailleurs Migrants de l'ONU