Les étudiants de la 7e année de médecine boycottent les stages hospitaliers

27 Mai 2019 à 16:40 Politique
Les étudiants de la 7e année de médecine boycottent les stages hospitaliers

Les étudiants en 7e année de médecine générale, faisant fonction, boycottent à partir de ce lundi 27 mai les stages hospitaliers au sein des hôpitaux régionaux et provinciaux, pour une durée de deux semaines renouvelables. Les faisant fonctions apportent ainsi leur soutien au mouvement des étudiants en médecine, mais se soulèvent également contre leurs ministères de tutelle qui n’ont pas donné de suite à leurs doléances, à savoir l’augmentation de la prime de bourse et l’annulation de la circulaire de 2017. Explications.

«Le dernier projet d’accord proposé par les deux ministères de tutelle (suite à la réunion du 14 mai), ne répond pas aux revendications légitimes des étudiants en médecine, et adopte une forme floue, et sans aucune mesure concrète», a déclaré la coordination nationale des étudiants en médecine (CNEM).

La CNEM a pareillement annoncé que les étudiants en 7e année se joignent à leur mouvement de lutte, et ce, en boycottant, à partir de ce lundi 27 mai, les stages hospitaliers au sein des hôpitaux régionaux et provinciaux, pour une durée de deux semaines renouvelables.

Mise à part leur solidarité avec le mouvement des étudiants en médecine, qui boycottent les cours et les stages hospitaliers depuis le mois de mars ainsi que les examens de S2, les faisant fonctions exigent du ministère de la Santé et du ministère de l’Enseignement supérieur de répondre favorablement à leurs propres doléances.

La première revendication des étudiants en 7e année concerne l’augmentation de leur prime de bourse de 1500 DH à 2500 DH. « Ils n’ont pas de prime pour les gardes de nuit, ni logement ni nourriture », souligne un membre de la CNEM à Hespress Fr.

Leur deuxième doléance concerne l’abolition de la circulaire ministérielle qui date du 12 octobre 2017 et qui interdit les transferts des étudiants entre hôpitaux. «Avant, un étudiant natif de Chefchaouen transféré à l’hôpital de Zagoura par exemple pouvait demander un transfert à sa ville natale. Mais depuis la publication de la circulaire de 2017, ce n’est plus possible», ajoute notre interlocuteur.

Rappelons que la CNEM a annoncé, dans le communiqué daté du 23 mai, l’organisation d’une conférence de presse, mardi 28 mai, ainsi qu’une marche nationale, le jeudi 30 mai, qui démarrera du ministère de la Santé à Rabat en direction du Parlement.

ONSSA: Saisie de 2 tonnes de sardines défectueuses à Fès