Casablanca: Plantation d’un olivier de la fraternité dans une synagogue, une église et une mosquée

18 Mai 2019 à 15:06 Société
Casablanca: Plantation d’un olivier de la fraternité dans une synagogue, une église et une mosquée

De jeunes musulmans ont planté, vendredi à Casablanca, trois oliviers respectivement au niveau de la synagogue Névé Shalom, la Cathédrale Notre-Dame de Lourdes et la mosquée de la Zaouia Harakia Kadiria à l’ancienne médina et ce dans le cadre d’une action de fraternité et de tolérance baptisée « Plantons la Fraternité ».

Initiée dans le cadre du Label Morocco l’Ghedd, qui regroupe 20 associations de jeunes à travers le Royaume, cette action se tient au même moment à Oujda, Fès, Rabat, Essaouira et Marrakech ainsi qu’à Bruxelles.

S’exprimant à cette occasion, le président de l’association « Marocains Pluriels » Ahmed Ghayet, dont plusieurs membres font partie du Label Morocco l’Ghedd, a indiqué que cette initiative renforce l’esprit d’amour, de tolérance et de fraternité, appelant à lutter contre les idées extrémistes.

Il a rappelé à ce propos que l’Islam est une religion de tolérance et de fraternité, ajoutant que chrétiens, musulmans et juifs cohabitent en cette terre de paix, qui est le Maroc, depuis des siècles.

Pour sa part, le Rabin de la synagogue Névé Shalom, Jacky Sebag a souligné que cette action traduit l’esprit de fraternité et de cohabitation qui existe entre toutes les religions. cette initiative vient commémorer la mémoire des victimes du 16 mai 2003, qui ont été la cible de barbares et extrémistes.

De son côté, le président de la Zawia Harakia Chadilia Darkawia de la région Casablanca-Settat, , Acharif Omar Lamrani Lamrini a salué l’initiative de ces jeunes, qui épouse parfaitement la politique prônée par le Royaume vis à vis des autres religions.

Cette initiative est fort louable a indiqué, pour sa part, le père Gérmain Goussa qui a souligné que la religion unit les Hommes et ne les divise pas, précisant que la terre le Maroc est une terre de paix et de fraternité.

Dans l’histoire du Maroc, il y a eu toujours cette acceptation mutuelle, a-t-il ajouté, précisant que le Roi et le Pape François n’ont eu de cesse de véhiculer des messages de paix et de tolérance, a notamment indiqué le père Germain Goussa.

Les futurs médecins arriveront-ils à un compromis avec leurs ministères de tutelle ?