Tensions avec l’Iran: L’Allemagne et les Pays-Bas prennent des décisions fortes en Irak

15 Mai 2019 à 14:05 Monde
Tensions avec l’Iran: L’Allemagne et les Pays-Bas prennent des décisions fortes en Irak

Voyant monter les tensions au Moyen-Orient notamment entre les Etats-Unis et l’Iran, Berlin a annoncé, mercredi 15 mai, suspendre sa formation en Irak, selon le gouvernement allemand. 

A cause des tensions grandissantes entre la première puissance mondiale et l’Iran, l’Allemagne a décidé d’arrêter la formation dispensée aux militaires irakiens. « La Bundeswehr a suspendu sa formation », a déclaré le porte-parole du ministère allemand de la Défense, Jens Flosdorff qui a ajouté que l’armée allemande exerce une « vigilance accrue » dans le pays.

Peu après l’annonce de l’Allemagne, les Pays-Bas ont annoncé à leur tour une décision similaire. Ainsi, le ministère néerlandais de la Défense a parlé de « menaces » pour justifier cette décision, selon l’agence de presse ANP.

Les Pays-Bas avaient déployé 50 instructeurs militaires à Erbil dans le cadre de la coalition internationale contre l’Etat islamique (EI), deux conseillers militaires et quatre experts civils dans le cadre d’une mission de soutien de l’Otan à Bagdad.

Cette décision intervient peu après une annonce similaire de département d’Etat américain qui ordonné à son personnel diplomatique « non-essentiel » de quitter l’ambassade de Baghdad et le consulat d’Erbil.

Après une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine hier, le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, s’est voulu rassurant en affirmant ne pas vouloir d’escalade avec Téhéran. « Fondamentalement, nous ne cherchons pas une guerre avec l’Iran », a-t-il dit mardi soir en conférence de presse, en présence du ministre russe des Affaires Etrangères, Sergei Lavrov.

Mercredi, le Kremlin a fait part de son inquiétude malgré les affirmations de Mike Pompeo, la veille. « Pour l’instant, nous constatons que l’escalade des tensions sur ce thème se poursuit », a déclaré à la presse Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin.  « On peut difficilement parler de quelconques assurances. Il y a une situation évidente qui est la tendance à la poursuite de l’escalade », a-t-il ajouté en référence aux déclarations américaines.

Irak: Les Etats-Unis ordonnent l'évacuation partielle de leur ambassade à Bagdad