DGAPR : 11 années d’efforts pour l’humanisation du milieu carcéral

30 Avr 2019 à 07:15 Société
DGAPR : 11 années d’efforts pour l’humanisation du milieu carcéral

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a 11 ans. Soit plus d’une décennie d’efforts pour l’humanisation du milieu carcéral et la réinsertion des détenus dans la société.

Ces efforts déployés depuis la création de cet établissement, ont été mis en avant, ce lundi à Tiflet, par le délégué général à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion, Mohamed Salah Tamek, dans une allocution lue en son nom.

Il a ainsi rappelé que « le milieu carcéral a réalisé de grands pas depuis la promulgation du Dahir n° 1-08-49 du 29 avril 2008, relatif à la création de la DGAPR, qui n’a ménagé aucun effort pour concrétiser les hautes orientations royales prônant le renforcement de la sécurité intérieure, la protection de la société, la promotion de la situation sociale des détenus et la préservation de leur dignité ».

Les projets structurants entrepris par la DGAPR, notamment ceux visant l’amélioration des conditions des détenus et de la qualité des services qui leur sont fournis, la lutte contre la surpopulation et ses répercussions, à travers la construction de nouvelles prisons et la fermeture de celles en état de dégradation et la réalisation d’une infrastructure répondant aux normes d’accueil, ont été mis en avant par le délégué général.

La réinsertion de la population carcérale est une responsabilité commune qui incombe à toutes les composantes de la société, saluant les acquis réalisés dans le cadre des projets lancés avec plusieurs acteurs et experts nationaux dans divers domaines pour la consécration de l’approche juridique et humanitaire dans les établissements pénitentiaires, a pour sa part, souligné Abderrahim Rhouti, directeur du Centre national de formation des cadres de la DGAPR.

La cérémonie d’anniversaire de la DGAPR a été marquée par la remise de Wissams royaux à trois fonctionnaires de la délégation ainsi que des attestations de mérite à 9 fonctionnaires représentants différents établissements pénitentiaires, en reconnaissance de leurs efforts inlassables consentis en faveur de cet établissement et pour favoriser l’insertion des détenus.

Sommet des deux rives: Réda Chami plaide pour une large implication de la société civile