Big Data, challenge de demain aujourd’hui

15 Fév 2019 à 11:00 Economie
Big Data, challenge de demain aujourd’hui

Big Data, Cloud, dématérialisation des services, smart cities, etc., tant de termes pour dire que l’on a besoin d’évoluer, de changer notre façon de voir et de traiter avec notre environnement. À l’heure du digital, tout se fait rapidement, mais pas forcément qualitativement. C’est là où réside l’importance d’avoir une vision claire de ce que l’on attend pour le développement de notre société.

Le terme Big Data fait référence aux données de masses qui sont stockées, échangées et traitées de façon quotidienne à différent niveau quotidiennement. Le Big Data est une donnée essentielle dans le monde de la recherche et l’innovation technologique dans les différents secteurs d’activités, de l’économie à l’enseignement, tout en passant par la Santé et les services.

L’importance des données de masses réside surtout dans l’usage que l’on fait avec. Le Big Data permet ainsi d’effectuer des gains importants en termes de temps, de coûts de gestion, ainsi que de recherche et développement de solutions optimisées à des besoins spécifiques.

Volume, Vitesse et Variété, les 3 V du Big Data

Le concept du Big Data reste assez nouveau, puisqu’il a commencé de l’ampleur qu’à partir des années 2000, notamment grâce à l’analyste industriel, Douglas Laney, auteur de la théorie des «3 V» du traitement des données de masses, à savoir vitesse, volume et variété.

Ainsi, le premier point concerne la rapidité à travers laquelle les données sont transmises, traitées et partagées. Avec l’évolution des réseaux de télécommunication, notamment la fibre optique et la 5G, le transfert des données se fait de plus en plus rapidement. La variété fait référence aux nombreux formats et sources dans lesquels les données sont disponibles, notamment des images, vidéos, sons, etc. L’aspect du volume concerne la partie stockage desdites données. À l’heure actuelle, les unités de stockage disposent de plus en plus de capacités, et sont de plus en plus petites, ce qui facilite leur gestion dans un sens.

Donc, le Big Data a besoin de ces facteurs, tout aussi bien qu’eux ont besoin de lui. On peut dire clairement que c’est une situation win-win, du fait que le besoin crée la demande et vice-versa.

Cela dit, on ne peut pas parler de Big Data sans parler de la dématérialisation des services. Dans ce sens, Hespress FR s’est entretenu avec Abdelali Laabi, directeur général d’Axeli, à l’occasion d’un séminaire autour du Big Data, organisé en collaboration avec l’Association Des Utilisateurs Des Systèmes D’Information Au Maroc (AUSIM), afin de discuter des challenges et du potentiel que représente le Big Data pour le Maroc.

Il nous a ainsi indiqué que le Maroc est certes loin de ce qui se fait à l’étranger, mais que le royaume est sur la bonne voie dans ce sens pour ce qui se fait dans ce domaine au sein du continent africain.

Pour Laabi, il faudrait investir dans le développement et la modernisation des services, avant de penser à l’établissement d’un modèle de ville intelligente efficiente pour tous.

Pour sa part, Jean-Michel Huet, Expert et associé chez BearingPoint, le Maroc dispose d’un potentiel intéressant dans certains domaines, notamment dans l’économie, ainsi que dans les télécoms. Toutefois, il indique que le royaume devrait investir encore plus dans le digital, notamment dans le secteur bancaire, à noter que les entités du pays sont en train de développer leurs solutions mobiles rapidement par rapport à d’autres pays de la région.

Maroc-OCI: les échanges commerciaux ont rebondi à 9,2 milliards de dollars en 2017