A 35 %, le Maroc en phase d’atteindre son objectif de production d’énergies renouvelables pour 2020

08 Fév 2019 à 16:37 Economie
A 35 %, le Maroc en phase d’atteindre son objectif de production d’énergies renouvelables pour 2020

Porter la production marocaine en énergies renouvelables à 42 % n’est plus qu’une question de temps. Le royaume dispose actuellement d’une capacité de production énergétique, dans ce sens, de 32 %, ce qui le rapproche largement de l’objectif fixé pour l’horizon 2020.

Le plan déployé par le royaume pour le développement du secteur des énergies vertes, afin de réaliser une autosuffisance pour le royaume à hauteur de 42 % à l’horizon 2020, avance sûrement. Que ce soit via éolien, ou par le solaire, le Maroc dispose de toutes les ressources, matérielles et énergétiques brutes dans ce sens. En effet, la position géostratégique du royaume lui confère la possibilité de bénéficier des rayons du soleil pendant toute l’année, en plus de profiter de la qualité du vent à certaines parties du territoire national.

Toutefois, l’énergie solaire profite d’une mobilisation importante par le royaume, notamment grâce aux efforts déployés par l’Agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN) pour le développement de ce secteur. Ainsi, on notera ce qui a été fait jusqu’à présent par l’Agence, notamment le projet solaire Noor, qui compte plusieurs stations solaires, notamment celle de Ouarzazate. Ce mégaprojet, qui s’étale sur une superficie de 3000 hectares, a permis au royaume de se placer en tant que leader des énergies vertes. Le complexe solaire dispose d’une capacité de production, de 580 mégawatts, pouvant être stockée pour une utilisation selon le besoin grâce à la technologie des sels fondus, ce qui lui garantit une production électrique de 7,5 heures sans interruption.

Ce projet prometteur a d’ailleurs profité du financement de la Banque Mondiale (BM), à hauteur d’un prêt de 400 millions de dollars, en plus d’un financement de 216 millions de dollars du Fond Clean Technology pour les énergies vertes.

Cela dit, selon un rapport de la BM, 97 % des besoins énergétiques du royaume sont assurés via l’importation de carburant fossile. Dans ce sens, Yassir Badih, chef de projets senior chez Masen, a déclaré à la chaîne américaine, CNN, que « la demande en électricité a doublé au sein du royaume depuis 2010. Nous aspirons à faire du Maroc l’un des leaders des énergies renouvelables dans le monde à l’horizon 2030, de façon à compter de moins en moins sur les carburants fossiles ».

L’énergie solaire s’invite dans les foyers de Guelmim

Au-delà des grands projets, les citoyens marocains sont de plus en plus conscients des alternatives vertes pour subvenir à leurs besoins énergétiques. Selon un récent rapport de l’Office National de l’Électricité et de l’Eau potable (ONEE), 99,10 % des foyers à Guelmim ont adopté des systèmes solaires domestiques. Ainsi 392 systèmes du genre ont été installés par les habitants de la ville, dans le cadre de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH). Il est à noter que le taux d’électrification rurale au niveau de la province s’était établi à 98,44 % une année auparavant.

Le secteur des transports, plus grand consommateur d’énergies

Selon les déclarations du ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah, en janvier dernier, le secteur des transports vient au-devant de la scène des grands consommateurs énergétiques, avec un taux de 38 %. Celui-ci est suivi par le secteur du BTP (33 %), l’industrie (21 %). De plus, Rabbah avait indiqué que la stratégie nationale d’efficacité énergétique, élaborée et présentée lors du Conseil du gouvernement en juin 2017, propose des programmes qui visent à réaliser une économie énergétique d’environ 20 % à l’horizon 2030, en ciblant les secteurs les plus consommateurs d’énergie.

BMCE Bank of Africa lance le service de paiement "e-timbre"