5G : Qu’est-ce qui va changer sans Huawei sur le marché ?

04 Fév 2019 à 23:23 Entreprises
5G : Qu’est-ce qui va changer sans Huawei sur le marché ?

Il semble que Huawei n’est pas au bout de ses peines. Le n°1 des télécoms et n°2 des smartphones est en train de devenir « persona non grata » dans le monde, suite à des affaires « d’espionnage » aux USA et au Canada.

Le constructeur chinois est frappé par plusieurs plaintes pour « vol de propriété intellectuelle », « fraude » et « espionnage » à travers le monde depuis le mois de janvier 2018. Les problèmes de Huawei dans ce sens ne sont pas nouveaux, puisque les États-Unis avaient interdit aux compagnies US d’utiliser du matériel du constructeur chinois en 2012.

Cette situation fait d’ailleurs que Huawei est presque inexistant sur le marché américain, pour ce qui est des smartphones, où Apple continue d’être n°2 derrière Samsung. Le constructeur chinois avait en effet réussi à détrôner la marque à la pomme du classement mondial en août 2018. Depuis, plusieurs employés de la compagnie ont été arrêtés à travers le monde pour différentes affaires de « fraude » et « d’espionnage ». De plus, le FBI a lancé une opération, dans la journée du 4 février, contre Huawei au Consumer Electronics Show (CES).

Huawei se met l’UE sur le dos

Après les USA et le Canada, il s’avère que le tour est à l’Union Européenne (UE) de boycotter le constructeur chinois, mais cette fois, c’est au niveau de l’infrastructure réseau. En effet, Huawei est l’un des premiers opérateurs à s’être penché sur la prochaine génération de réseaux de télécommunication, la 5G en l’occurrence. Si cette dernière promet plus de rapidité et de stabilité au niveau de la circulation de la data, l’UE semble vouloir boycotter l’infrastructure de Huawei. Les pays européens seraient ainsi en train de chercher des remplaçants au constructeur chinois, afin de garantir le passage à la 5G de façon stable.

Selon Reuters, l’association GSMA, qui compte près de 800 opérateurs et constructeurs du secteur de la téléphonie mobile à travers le monde, s’apprêterait à tenir une réunion en marge du Mobile World Congress (MWC), qui se tient du 25 au 28 février à Barcelone. Motif de la réunion : l’interdiction de la 5G signée Huawei.

Si cette décision est votée, l’UE risque de se retrouver pénalisée niveau équipement. Selon l’opérateur télécom allemand, Deutsche Telekom, cette décision risque de retarder de deux ans le déploiement de ses projets concernant l’infrastructure réseau.

La société Mario Camacho Inc acquiert 10 % de Cartier Saada