Test. Samsung Galaxy J6+ : Un entrée de gamme qui peine à intéresser

02 Fév 2019 à 10:00 High-tech
Test. Samsung Galaxy J6+ : Un entrée de gamme qui peine à intéresser

Avec le lancement de la gamme S10, et la nouvelle gamme M, Samsung n’oublie pas d’étoffer son offre via une stratégie de distribution à 360°. L’objectif est simple : proposer des smartphones pour toutes les bourses. C’est là qu’intervient le J6+, un entrée de gamme qui n’a pas vraiment quelque chose d’intéressant sous le capot. Hespress FR a pu faire le test du terminal, nos impressions.

Samsung affiche ses couleurs de la plus simple des manières possibles : équiper ses gammes inférieures avec les innovations des gammes supérieures à la fin de leur cycle de vie. Ainsi, l’équipement S passe au A, et le A au J, à noter que peu de choses sont connues concernant la gamme M pour le moment.

Avec un objectif de rotation de 6 mois pour l’entrée et moyen de gamme, Samsung espère consolider sa position de leader en inondant le marché avec des offres successives à des prix « corrects ».

Lancé sur le marché marocain en novembre dernier, au prix de 2490 dirhams, le Galaxy J6+ reprend plusieurs éléments du Galaxy A7 (2017) pour en tirer profit.

Ainsi, le smartphone dispose d’un écran IPS LCD assez important de 6 pouces, affichant une résolution de 1480 X 720 pixels, adapté au ratio 18,5:9, ce qui le range dans la case des écrans Infinity Display du constructeur. L’écran occupe ainsi une superficie de 74 % de la dalle avant, du fait qu’il garde toujours des bordures visibles, plus particulièrement sur les côtés du terminal.

Niveau design, celui-ci n’est pas fait en verre, mais dans un plastique simulant un look haut de gamme. De plus, le terminal se décline dans plusieurs coloris brillants de façon « métallique », à l’image de ce qui se fait chez la concurrence. Ce choix est justifié par le fait que des couleurs du genre intéressent beaucoup les plus jeunes, première cible de la gamme J.

Une configuration « fade »

Pour ce qui est des performances techniques, le J6+ embarque un processeur Quad-core Qualcomm Snapdragon 425, cadencé à 1,4 GHz. Niveau OS, il tourne sous Android 8.1 (Oreo), ce qui est déjà bien pour un terminal du genre. Niveau RAM et stockage, on retrouve un combo de 3 Go de RAM et 32 GB de stockage interne. Ce qui est bizarre quelque part est le fait qu’il est possible d’étendre la mémoire du smartphone jusqu’à 512 GB via microSD.

Pour simplifier les choses, le J6+ n’est pas vraiment adapté pour faire tourner des applications gourmandes en ressources ni pour exécuter plusieurs tâches à la fois.

Par ailleurs, le J6+ dispose bel et bien d’un capteur d’empreintes latéral, chose qui est devenue un standard dans les smartphones d’entrée de gamme à l’heure actuelle. Toutefois, pas de certification IP sur ce modèle.

Pour ce qui est de l’autonomie, le terminal embarque une batterie de 3300 mAh, sans charge rapide. Durant notre test, il s’est avéré un peu compliqué que le smartphone tienne une journée entière avec une seule charge.

Une qualité d’image passable

Le J6+ d’un double capteur de 13+5 MP à l’arrière, et de 8 MP à l’avant. Le capteur principal permet ainsi de prendre des photos d’une qualité acceptable, mais sans plus. En effet, si sur les plans larges, l’image est nette, dès que l’on passe en mode zoom, la qualité baisse de façon significative. Le résultat est encore moins important en situation de faible luminosité.

Cela dit, le rendu du capteur avant est bien meilleur, mais sans surprises. De plus, Samsung propose un panel de filtre en réalité augmentée, ainsi que des effets artistiques, dont le bokeh. Par ailleurs, il est possible d’enregistrer des vidéos en 1080p.

Conclusion

Avec une fiche technique assez limitée, le seul point positif sur le J6+ est son écran et son design un peu « original ». Cela dit, le rapport qualité-prix ne suit pas. Pour 2490 dirhams, il est possible de s’offrir un bon terminal dans le milieu de gamme.

Samsung Galaxy J6+
Les plus Les moins
·         Écran de 6 pouces

·         Design

·         Le prix

·         Qualité d’image faible

·         Une autonomie à revoir

·         Fiche technique peu intéressante

Sony mobilise ses propres studios pour le développement de l’univers PS5