Déficit budgétaire de 36,7 milliards de dirhams à fin novembre 2018

18 Déc 2018 à 19:00 Finances
Déficit budgétaire de 36,7 milliards de dirhams à fin novembre 2018

La situation des charges et ressources du Trésor à fin novembre 2018 dégage un déficit budgétaire de 36,7 milliards de dirhams, contre 31 milliards de dirhams durant la même période un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR).

Ce déficit tient compte d’un solde négatif de 17,7 milliards de dirhams dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’État gérés de manière autonome (SEGMA), précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de novembre 2018.

Le bulletin fait également ressortir que les recettes ordinaires se sont établies à 232,2 milliards de dirhams, contre 202,9 milliards de dirhams au titre des onze premiers mois de l’année 2017, en hausse de 14,4 % compte tenu d’un versement exceptionnel de 24 milliards de dirhams effectué à partir du compte d’affectation spéciale intitulé « Compte spécial des dons des pays du Conseil de Coopération du Golfe » au profit du budget général.

Hormis ce versement, les recettes ordinaires se sont améliorées de 2,6 %, note la même source qui explique cette augmentation par la hausse des recettes non fiscales de 123,3 %, des impôts directs (+1,1 %), des droits de douane (+14,5 %) et des impôts indirects (+4,3 %), conjuguée à la baisse des droits d’enregistrement et de timbre (-2,8 %).

Quant aux dépenses émises au titre du budget général, elles ont reculé de 2,4 % à 284 milliards de dirhams à fin novembre 2018, en raison de la diminution de 16 % des charges de la dette budgétisée et de 0,8 % des dépenses d’investissement, conjuguée à la hausse de 2,8 % des dépenses de fonctionnement, relève la TGR.

Les engagements de dépenses, y compris celles non soumises au visa préalable d’engagement, se sont élevés à 429,3 milliards de dirhams au titre des onze premiers mois de 2018, représentant un taux global d’engagement de 79 % contre 77 % un an auparavant.

Le Trésor toujours dans le rouge

La diminution des charges de la dette budgétisée s’explique, quant à elle, par le recul de 25,7 % des remboursements du principal (33 milliards de dirhams contre 44,4 milliards de dirhams) et par la hausse de 0,7 % des intérêts de la dette (25,9 milliards de dirhams contre 25,7 milliards de dirhams). Concernant les recettes des comptes spéciaux du Trésor, elles ont atteint 75,9 milliards de dirhams, compte tenu des transferts reçus des charges communes du budget général d’investissement pour 14,5 milliards de dirhams et de la rentrée de 1,2 milliard de dirhams au titre des dons des pays du Golfe.

Les dépenses émises ont été de 95,1 milliards de dirhams compte tenu du versement de 29,4 milliards de dirhams au profit du budget général, fait savoir la TGR, notant que ces dépenses intègrent la part imputée aux CST au titre des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux pour 2,2 milliards de dirhams.

Le solde de l’ensemble des comptes spéciaux du Trésor est négatif pour 19,2 milliards de dirhams, relève le bulletin, ajoutant que, hormis le versement exceptionnel de 24 milliards de dirhams effectué à partir du compte d’affectation spéciale intitulé « Compte spécial des dons des pays du Conseil de Coopération du Golfe » au profit du budget général, le solde des CST est positif de 4,8 milliards de dirhams.

Pour ce qui est des recettes des SEGMA, elles se sont chiffrées à 3,2 milliards de dirhams contre 2,4 milliards de dirhams à fin novembre 2017, en hausse de 32,5 %, alors que les dépenses émises ont été de 1,8 milliard de dirhams contre 2 milliards de dirhams un an auparavant, en diminution de 11,6 %, selon la même source.

La Bourse de Casablanca clôture dans le rouge