« Une Bible des femmes » est désormais disponible

27 Nov 2018 à 12:39 Culture
« Une Bible des femmes » est désormais disponible

Des théologiennes féministes, protestantes et catholiques, trouvaient que la bible est là pour légitimer une certaine « soumission de la femme ». Elles ont alors eu l’idée de concocter une « Bible des femmes » qu’elles ont publiée conjointement.

Le projet a vu le jour à Genève, et a été lancé par deux professeures de théologie : Elisabeth Parmentier et Lauriane Savoy.

Une bible qui prône les valeurs d’égalité

« On a constaté autour de nous qu’il y avait énormément de méconnaissance des textes bibliques, beaucoup de gens qui ne les connaissent plus, ou bien qui pensent qu’ils sont complètement périmés et (…) plus du tout en adéquation avec les valeurs actuelles d’égalité, etc », a précisé l’une des auteures de cette idée.

Toujours selon elle, la Bible et les valeurs féministes et progressistes peuvent très bien faire bon ménage.

Les deux théologiennes qui ont lancé l’initiative ont vite trouvé le moyen de rassembler nombre de femmes partageant la même préoccupation qu’elles : bien représenter la femme dans la Bible et lui permettre de rester fidèle à ses principes basés sur l’égalité des genres et sur l’image de la femme sans stéréotypes.

Les femmes en question sont issues de différents milieux sociaux et de différents pays francophones, c’est donc une vision qui se base sur la diversité culturelle où le seul point commun est la religion.

Cette question de la Bible et de la Femme semble intéresser tout le monde, les hommes aussi. Les deux femmes ont été félicitées par l’auteur de « Soit je respecte la femme, soit je respecte la bible ».

Plusieurs thématiques liées à la femme  

L’ouvrage en question a fait le tour de la question, il aborde le corps, la séduction, la maternité… Il finit sur une note originale, qui pourrait être choquante pour plus d’un: il donne la parole à Marie, la maman de Jésus Christ.

Cet ouvrage, bien qu’il donne l’impression de faire partie de ces pavés que l’on oublie dans les bibliothèques, le temps de sa publication ne semble pas être anodin, il tombe à pic avec les mouvements féministes actuels, et avec l’effervescence de la gent féminine partout dans le monde, notamment à travers des campagnes comme #MeToo.

« On pensait aussi qu’il pouvait intéresser étant donné les problématiques féministes actuelles », a ajouté Elisabeth Parmentier qui insiste sur la possibilité d’être féministe sans jeter par dessus bord sa bible de chevet.

Brésil : le quai de Valongo officiellement inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO