Les Lions et la CAN…La 17è sera-t-elle la bonne?

19 Nov 2018 à 08:00 National
Les Lions et la CAN…La 17è sera-t-elle la bonne?

Les Lions de l’Atlas ont réussi cette fin de semaine une belle opération. Vendredi soir au complexe Mohammed V de Casablanca, ils ont pris une sacrée revanche sur leur bête noire, le Cameroun grâce à un magnifique doublé de Hakim Ziyech et mis, par la même, un pied en quaif. Samedi le cadeau comorien, leur a permis de valider leur ticket pour la CAN 2019.

Le Maroc et la CAN, c’est une longue histoire qui a débuté en 1972. Un parcours faits de gloires et de déboires, qui ont porté le public marocain tantôt au summum de l’euphorie (1976/2004), et tantôt aux tréfonds du désespoir (1988, 1998, 2006), mais aussi au comble de la frustration et de la déception (2017).

En somme, depuis ses débuts dans la compétition internationale, le football marocain était présent à 16 éditions de la Coupe d’Afrique des Nations, et la CAN2019 marquera sa 17è participations. Sera-t-elle la bonne ?

Tout un peuple le souhaite, et s’il y croit c’est parce qu’il en a les moyens, notamment une équipe talentueuse, qui en veut encore et encore, portée par de belles prestations ces 3 dernières années, mais surtout par une frustrante et injuste sortie du Mondial russe.

La Fédération royale marocaine de football s’est affiliée à la CAF en 1966, et les Lions ont disputé leur première CAN en 1972. Encore bercés par la performance du mondial mexicain de 1970, ils ne confirmeront pourtant pas.

En 1976, c’est le graal. Le Maroc qui se qualifie de justesse à la CAN en Ethiopie aux dépens du Ghana, finira au sommet du podium et soulèvera, pour l’unique fois de son histoire, la précieuse coupe des nations africaines.

Equipe nationale ayant remporté la CAN 1976

Après la gloire…les déboires 

Ce sacre sera suivi d’une période en dents de scie faite de plus d’échecs que de succès, excepté les sursauts de 1980 au Nigéria (3è place) et de 1986 en Egypte (4è place).

En 1988, à domicile, le Maroc est éliminé par le Cameroun en demi-finale. Il finira 4è après avoir été battu par l’Algérie (1-1 tab 4-3).

Intervient alors une longue période de disette. Le Maroc est éliminé aux tours préliminaires en 1990, 1994, 1996 et 2010, et dès le premier tour en 1992, 2000, 2006, 2008, 2012 et 2013. En 2015 il a été disqualifié pour avoir demandé le report de la compétition qu’il devait organiser.

Cette longue traversée du désert a, toutefois, enregistré deux moments de gloire. Un quart de finale en 1998 au Burkina Faso et une finale perdue de justesse en 2004 face au pays hôte, la Tunisie.

Lors de la dernière édition, disputée en 2017 au Gabon, le Maroc a atteint les quarts de finale, pour la première fois depuis 2004, avant d’être écarté aux dernières minutes de jeu par l’Egypte qui perdra en finale.

Nouvelle génération, nouveau coach…nouvel exploit ?

En février 2016, Hervé Renard prend les commandes de l’équipe nationale du Maroc. Une profonde refonte est opérée au sein du groupe, émaillée de chamailleries, de bouderies et de révélations. Les choses finiront par rentrer dans l’ordre, et en novembre 2017, les Lions de l’Atlas mettaient un terme à 20 ans d’absence de Coupe du monde. La qualification est historique.

Elle est arrachée en terrain « hostile » après une victoire 0-2 face à la Côte d’Ivoire à Abidjan.
Les réalisations sont signées Nabil Dirar et Medhi Benatia, et le Maroc boucle sa campagne de qualification pour le Mondial 2018 sans encaisser de buts.

La qualification est fêtée par les Marocains dans les quatre coins du monde.

Le tirage de sort du mondial russe n’est pas clément. Le Maroc atterrit au groupe de la mort aux côtés du Portugal (Champion d’Europe en titre), de l’Espagne (Championne du monde 2010) et de l’Iran (premier qualifié de la zone Asie). Il sera éliminé au premier tour mais non sans avoir fait bonne impression, notamment lors du dernier match face à l’Espagne qu’il a sérieusement mise en difficulté.

Il quittera la compétition avec les honneurs, en dépit d’énormes bourdes arbitrales ayant trait notamment à l’utilisation de la VAR qui a lourdement sanctionné les Lions.

Outre la qualification et la participation au mondial, cette phase faste que connait le football national a également été marquée par la performance des locaux qui se sont adjugé le CHAN 2018, organisé à domicile.

Après un parcours sans faute, les locaux se sont imposés en finale face au Nigéria par quatre buts à zéro. Ayoub El Kaabi désigné meilleur joueur et meilleur buteur de la compétition, a depuis, été récupéré par Renard.

Une génération dorée prend forme, gagne en confiance et arrive à maturité. Elle mériterait de voir ses efforts et ses talents couronnés à l’africaine. Elle n’est pas, non plus, sans rappeler celle des années 80 qui avait fait les beaux jours du football marocain en imposant le respect à l’échelle aussi bien continentale qu’internationale.

Equipe nationale 1986

Croisons les doigts.

La Renaissance sportive de Berkane sacrée championne de la Coupe du Trône