Brésil : opérations policières dans des universités publiques

hespress avec 27 Oct 2018 à 05:00 Monde

Plusieurs opérations policières ont eu lieu ces derniers jours pour obtenir le retrait de banderoles antifascistes ou l’annulation de conférences sur la démocratie dans des universités publiques au Brésil, où étudiants et professeurs ont crié à la « censure« .

Selon la presse locale, 35 universités publiques ont été visées par ce type d’opérations, menées pour la plupart à la demande de Tribunaux régionaux électoraux (TRE), chargée dans chaque État de veiller au bon déroulement de la campagne et des scrutins.

À la faculté de droit de l’Université fédérale de l’État de Rio (UFF), la justice électorale a demandé le retrait d’une banderole sur laquelle était écrit « Direito UFF Antifascista » (Droit UFF Antifasciste).

L’institution électorale estimait que la bannière présentait un « contenu de propagande électorale négative » à l’égard du candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle, Jair Bolsonaro, favori du deuxième tour dimanche.

Les étudiants l’ont depuis remplacée par une nouvelle banderole où apparaît le mot « censuré« .

Les policiers ont également demandé le retrait de deux banderoles, dont une en hommage à la conseillère municipale Marielle Franco, assassinée en mars, à l’Université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ). En l’absence de mandat de la justice électorale, elles n’ont finalement pas été retirées.

À l’Université fédérale de Rio Grande Sul, une conférence intitulée « Contre le fascisme, pour la démocratie » a été annulée.

Lionceau dans un appartement : six mois de prison pour le propriétaire