Sept espions russes accusés d’avoir piraté les JO de Sochi

08 Oct 2018 à 18:30 High-tech
Sept espions russes accusés d’avoir piraté les JO de Sochi

Le FBI a lancé une poursuite pénale contre sept pirates informatiques faisant partie des renseignements russes considérés comme dangereux. Ils auraient piraté des ordinateurs et des réseaux dans le monde entier, entre autres ceux de diverses organisations qui avaient tenté d’empêcher le dopage d’athlètes russes, dans une conspiration longue diversifiée du Kremlin.

Cette annonce intervient après que des responsables néerlandais aient déclaré avoir déjoué une cyberattaque russe sur l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques oiac, commise par 4 agents.

L’OIAC enquêtait sur l’empoisonnement de l’ancien officier du GRU, Sergueï Skripal, et de sa fille Yulia, à Salisbury en mars, ainsi que sur l’utilisation des armes chimiques en Syrie.

Les forces de l’ordre américaines ont démasqué les hommes après que des espions étourdis aient par inadvertance dévoilé l’identité d’environ 300 agents du Kremlin.

Les sept suspects sont recherchés pour des crimes comprenant complot en vue de commettre une fraude informatique, usurpation d’identité aggravé et blanchiment d’argent.

L’acte d’accusation du FBI, qui comprenait la photo des hommes, a été révélé jeudi par un tribunal fédéral à Pittsburgh.

Dans le cadre de l’appel, le Bureau a déclaré que les hommes devraient être considérés comme armés et dangereux, avec un risque potentiel de fuite et un risque d’évasion.

Après que la Russie eut été reconnue coupable de dopage parrainé par l’Etat aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi. Le CIO a interdit la participation de la Russie aux Jeux olympiques de 2018, et pour athlètes russes qui ne se dopaient pas, ils ont été autorisés à participer sous le drapeau olympique.

Dans une déclaration commune, la première ministre britannique, Theresa May, et son homologue néerlandais, Mark Rutte, ont déclaré : « Cette tentative d’accéder aux systèmes sécurisés d’une organisation internationale travaillant à débarrasser le monde des armes chimiques démontre le mépris du GRU pour les valeurs et les règles globales qui nous gardent tous en sécurité ».

Messenger pourrait intégrer la commande vocale prochainement