Brahim Ghali : « Si la justice estime qu’il doit comparaître, il comparaîtra » selon Arancha Gonzalez Laya

Brahim Ghali : « Si la justice estime qu’il doit comparaître, il comparaîtra » selon Arancha Gonzalez Laya
mardi 4 mai 2021 - 20:30

La ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération espagnole, Arancha Gonzalez Laya, a clairement indiqué ce mardi lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue serbe, Nikola Selaković, après la réunion bilatérale qu’ils ont tenue aujourd’hui à Madrid,  que « si le chef du polisario Brahim Ghali, doit comparaître devant les juges, il le fera car en Espagne la justice est indépendante ».

Elle a estimé en outre que « des explications pertinentes sur cette affaire ont déjà été fournies au Maroc ». La chef de la diplomatie a également souligné que lorsque les « raisons humanitaires » qui ont permis le transfert n’auront plus lieu d’être,  « évidemment » Ghali « quittera l’Espagne ». Il a été rapporté lundi que la santé de Ghali « s’améliore constamment et se dirigerait vers le rétablissement ».

Le juge du tribunal national Santiago Pedraz a ordonné de vérifier si l’homme identifié comme étant Brahim Ghali est bien cette personne avant de le convoquer à témoigner vendredi, comme faisant l’objet d’une enquête pour la commission de crimes de génocide, meurtre, torture et disparitions prétendument commis contre les réfugiés dissidents, dans les camps de Tindouf en Algérie. Le magistrat du tribunal central d’instruction numéro 5 s’est plié à la demande de l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (ASADEH) d’interroger Ghali, après en avoir eu connaissance qu’il ait été transféré en Espagne pour recevoir un traitement médical. Cependant, avant de procéder à sa convocation, il a demandé de faire vérifier sa véritable identité.

Interrogé sur cette question et si Ghali pourrait être libéré et quitter le pays, Gonzalez Laya a souligné : « en Espagne, la justice est indépendante et le gouvernement est extrêmement respectueux des actions de la justice ». Aussi à-elle ajouté, « la justice fera ce qu’elle a à faire et le gouvernement la respectera pleinement comme il ne peut en être autrement dans un pays démocratique ». « Si la justice estime qu’il doit comparaître, il comparaîtra », a souligné la ministre, insistant sur le fait que « ce ne sera pas le gouvernement espagnol qui interviendra dans le libre fonctionnement de la justice ni, dans cette affaire ni, dans toute autre ».

Questionnée sur le malaise que la décision du gouvernement a causé au Maroc, pays avec lequel une réunion de haut niveau a été reportée pour cause de “crise sanitaire“ depuis décembre, et l’opacité de l’Exécutif espagnol quant à des éclaircissements sur cette affaire, la ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, espagnole Arancha Gonzalez Laya a botté en touche en déclarant qu’il y a eu  » la convocation par le ministère marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger de l’ambassadeur d’Espagne à Rabat, Ricardo Díez-Horchleitner, le 22 avril pour demander au gouvernement espagnol une explication ». Gonzalez Laya a insisté sur le fait que la relation avec le Maroc est “des meilleures“ et que les deux pays ne sont pas seulement des voisins mais “deux partenaires privilégiés“.

Par ailleurs et paradoxalement dans le même ordre d’idées, la ministre des Finances et porte-parole du gouvernement, Maria Jésus Montero, s’est exprimée à la fin du Conseil des ministres qui s’est tenu ce mardi à Madrid. « Nous avons une magnifique relation de voisinage », a-t-elle déclaré, soulignant que les deux pays « sont appelés à collaborer ». Montero a précisé qu’à l’heure actuelle, aucune décision n’a été prise sur l’opération “Paso del Estrecho“  ou “Opération Marhaba“, c’est selon, pour cette année qui est conditionnée par la situation de la pandémie en Espagne et au Maroc. « Une décision, pourrait être prise à l’approche de la date »,  a-t-elle commenté, confiant que « l’Exécutif espagnol tient en compte, l’importance que revêt le transit par l’Espagne de personnes désirant rejoindre le Maroc et l’Afrique ». Dans tous les cas il y aura une « approche spécifique et commune des ministères et des régions autonomes responsables » a-t-elle encore dit.

Arancha Gonzalez Laya Brahim Ghali Espagne Justice Maroc
Monde
Palestine : 10 personnes de la même famille tués dans une frappe israélienne à Gaza
samedi 15 mai 2021 - 10:00

Palestine : 10 personnes de la même famille tués dans une frappe israélienne à Gaza

Monde
La situation des droits de l'Homme en Algérie suivie de près par l'ONU et l'UE
samedi 15 mai 2021 - 00:49

La situation des droits de l'Homme en Algérie suivie de près par l'ONU et l'UE

Monde
Espagne: Un politologue porte plainte contre Brahim Ghali
vendredi 14 mai 2021 - 23:54

Espagne: Un politologue porte plainte contre Brahim Ghali

Monde
Covid-19: L'OMS présage le pire, appelle à offrir les doses des enfants au Covax
vendredi 14 mai 2021 - 22:30

Covid-19: L'OMS présage le pire, appelle à offrir les doses des enfants au Covax

Monde
Algérie/Hirak: Vendredi noir, les journalistes de médias étrangers arrêtés pendant les manifestations
vendredi 14 mai 2021 - 21:07

Algérie/Hirak: Vendredi noir, les journalistes de médias étrangers arrêtés pendant les manifestations