Brahim Ghali en Espagne: Va-t-il comparaitre mercredi?

Brahim Ghali en Espagne: Va-t-il comparaitre mercredi?
lundi 3 mai 2021 - 17:18

Brahim Ghali, le chef des séparatistes sahraouis, est appelé à comparaitre mercredi 5 mai devant l’Audiencia Nacional, tribunal ayant compétence pour les affaires internationales. Pour le moment, il a été convoqué dans le cadre d’une seule affaire et la lenteur de la justice espagnole pose problème. 

Alors que Brahim Ghali est hospitalisé en Espagne pour infection au coronavirus depuis dimanche 18 avril, soit depuis 16 jours, dès la révélation par la presse de l’affaire de son mystérieux accueil 5 jours plus tard, ses victimes appellent les autorités à procéder à son arrestation.

Cependant la justice espagnole, réputée pour être indépendante, tarde à bouger et cela, malgré de nouvelles plaintes déposées par deux ONG et des particuliers pour rouvrir les dossiers, restés en instance.

Depuis 2008, Brahim Ghali fait l’objet de plusieurs accusations très graves (séquestration, génocide, crimes de guerre, viol, disparitions forcées, torture…) et depuis cette date n’a plus jamais remis les pieds en Espagne.

Plusieurs nouvelles plaintes se sont accumulées depuis 2008, notamment en 2012, 2013 et 2016 et toutes ces affaires restent tributaires de la présence de Brahim Ghali sur le territoire espagnol. L’actuelle hospitalisation du tortionnaire en Espagne constitue de ce fait la seule chance pour les victimes que justice soit rendue.

Pourtant la justice espagnole a convoqué l’accusé seulement dans le cadre d’une seule affaire, et n’a pas émis de mesures conservatoires, à l’instar d’une surveillance devant sa chambre d’hôpital, pour éviter qu’il ne quitte le territoire incognito sans être entendu.

Une source au sein de l’Audiencia Nacional ayant requis l’anonymat, a révélé à Hespress FR que les affaires ont été « fermées de manière provisoire » et a refusé de faire plus de commentaires.

Cette information coïncide avec les révélations faites dans la presse étrangère qui affirment qu’il existe une entente entre le président algérien Abdelmadjid Tebboune et le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez pour éviter à Brahim Ghali une comparution devant la justice espagnole.

Brahim Ghali va-t-il comparaitre mercredi?

Mais une ordonnance du juge d’instruction Santiago Pedraz rendue le 13 avril (soit avant même qu’il ne soit admis en Espagne) qui se base sur une plainte pour enlèvement, détention arbitraire et torture déposée par le sahraoui El Fadel Breika, qui détient également la nationalité espagnole, force les événements malgré l’entente entre Madrid et Alger, qui nuit à l’image de l’Espagne et à l’indépendance de sa justice.

Cette affaire rappelle celle qui date de 2016, lorsque le juge José de la Mata, de la Audiencia Nacional,  avait fait rouvrir des dossiers datant de 2012 à la veille d’un événement auquel Brahim Ghali était attendu.

Alors que les doutes sur le statut des affaires inquiétait l’opinion publique qui craignait qu’elles étaient fermées, ces deux cas prouvent le contraire. Malgré tout, les juges de la Audiencia Nacional n’ont pas bougé le petit doigt dans les autres affaires pour lesquelles Brahim Ghali est poursuivi en dépit de la course contre la montre avant son rétablissement total.

Attendu mercredi à 10h30 pour être entendu., Brahim Ghali va-t-il comparaitre? Il semblerait que la réponse soit non par anticipation, étant donné que ses soutiens vont évoquer son état de santé qui ne le permettrait pas.

Mais selon les informations auxquelles Hespress FR a pu accéder auprès de sources proches des séparatistes du polisario, Brahim Ghali ne serait plus en soins intensifs. Il n’est plus sous assistance respiratoire depuis mercredi 28 avril, nous affirme-t-on.

D’ailleurs, selon les médias officiels séparatistes sahraouis et algériens, l’état de santé du chef des séparatistes n’est « pas préoccupant ». Nos sources affirment en outre que son état « s’améliore de jour en jour » et qu’il va « très bien », ce qui présume qu’il est tout à fait apte à être entendu par la justice espagnole.

Face à situation urgente mesures urgentes

Le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita, n’a pas mâché ses mots dans son interview accordée à l’agence de presse Efe pour parler de la position de Rabat dans l’affaire Brahim Ghali. L’Espagne joue avec le feu avec le Maroc et risque de compromettre sa relation privilégiée avec le royaume qui a fait de l’Espagne son premier partenaire commercial.

Les parties vont continuer à faire valoir leurs droits et le gouvernement espagnol sera obligé de céder face au scandale qu’il a provoqué et à la pression d’un côté des plaignants, de la diplomatie marocaine et également de l’opinion publique qui réclament justice pour des faits graves ayant un rapport avec les droits de l’Homme.

Selon des sources judiciaires ayant requis l’anonymat, le ministre de la Justice marocain Mohamed Benabdelkader, également pourrait intervenir auprès de son homologue.

Par ailleurs les avocats des victimes et des plaignants sont appelés à demander au vu des circonstances dans lesquelles Brahim Ghali a atterri en Espagne, des mesures conservatoires pour qu’il reparte pas en Algérie avant de passer devant la justice, quel qu’en soit son état de santé.

Il est clair que Brahim Ghali doit être entendu par la justice espagnole pour tous les faits qui lui sont reprochés avant qu’il ne quitte le territoire espagnol. Il va sans dire qu’au moment où il quittera l’hôpital espagnol cela témoignera de sa capacité entière et totale à se présenter devant la justice.

L’arrivée du chef des séparatistes en Espagne sous une fausse identité algérienne et dans le plus grand des secret n’est pas un acte normal et va certainement créer des problèmes pour le gouvernement espagnol qui a accepté de tremper dans les manigances de l’Algérie.

L’affaire n’aurait peut-être pas fait scandale si l’Espagne s’était concertée avec le Maroc avant de décider de volontairement porter un coup à des relations essentielles pour les deux voisins et partenaires. Le dossier aurait été classé sans suite si l’accueil de Brahim Ghali ne sonnait pas comme une opération fourbe visant à outrepasser la justice et le droit des victimes à avoir un procès équitable.

La diplomatie marocaine aurait sans doute compris le geste se voulant « humanitaire », si l’Espagne avait traité le Maroc avec réciprocité, lui, qui coopère tous les jours à sur plusieurs niveaux avec son voisin, en lui évitant bien des ennuis.

Algérie Audiencia Nacional Brahim Ghali Justice Maroc Polisario
Monde
Palestine : 10 personnes de la même famille tués dans une frappe israélienne à Gaza
samedi 15 mai 2021 - 10:00

Palestine : 10 personnes de la même famille tués dans une frappe israélienne à Gaza

Monde
Covid-19: La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow
samedi 15 mai 2021 - 03:14

Covid-19: La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow

Monde
La situation des droits de l'Homme en Algérie suivie de près par l'ONU et l'UE
samedi 15 mai 2021 - 00:49

La situation des droits de l'Homme en Algérie suivie de près par l'ONU et l'UE

Monde
Espagne: Un politologue porte plainte contre Brahim Ghali
vendredi 14 mai 2021 - 23:54

Espagne: Un politologue porte plainte contre Brahim Ghali

Monde
Covid-19: L'OMS présage le pire, appelle à offrir les doses des enfants au Covax
vendredi 14 mai 2021 - 22:30

Covid-19: L'OMS présage le pire, appelle à offrir les doses des enfants au Covax