Rabat by night ou “ville de grande solitude“ en ce mois sacré

Rabat by night ou “ville de grande solitude“ en ce mois sacré
dimanche 18 avril 2021 - 08:34

Comme lors du mois de Ramadan passé, les rites liés au mois sacré à la rupture quotidienne du jeûne sont largement restreintes au Maroc avec le couvre-feu de 20 heures à 6 heures, instauré par l’Exécutif.

Rabat et son statut de capitale n’y a pas échappé et si l’on se fie à l’œil de notre photographe, Mounir Mehimdate, il n’y a, à quelques rares exceptions près, pas âme qui vive dans les artères de la ville.

Comme l’an passé, il n’y a pas de rassemblements dans les mosquées pour les prières « Tarawih » ni, de retrouvailles dans les cafés jusqu’à des heures tardives ni, du reste, aucune des célébrations traditionnelles de ce mois sacré si ce n’est les cercles restreints de la petite famille.

Bref, pour le seconde année consécutive, on observe le jeûne en diurne et on s’enferme en nocturne, « no other way » en tant qu’alternative si ce n’est celle, illégale et incivile de manifestants peu scrupuleux de la sécurité sanitaire, de Safi, Tanger et  Mdiq dont nombre d’entre eux, pour la plupart des jeunes et des adolescents, ont été arrêtés pour avoir violé l’état d’urgence et les couvre-feux nocturnes imposés en raison de la propagation du Sieur coronavirus sous toutes ses formes.

Mais là, n’est pas la question ! Nos villes ayant donc imposé des restrictions de sorties nocturne, elles ont endigué du coup leurs activités de nuit ramadanesques et les citoyens censés se prêtant au jeu ne mettent guère le nez dehors, évitant en cela les rassemblements de soirées, spirituelles publiques ou familiales.

Rabat, dont les habitants sont connus pour le strict respect de la légalité en est l’exemple même. Que ce soit en périphérie ou au centre-ville en passant par les différents quartiers, les R’batis sont respectueux des mesures étatiques et, faisant contre mauvaise fortune bon cœur ou bon gré, ils délaissent volontiers la vie nocturne dans l’espace publique se faire sans eux, oubliant les réflexes ramadanesques traditionnels, cette année une fois de plus en espérant que ce soit la dernière.

Les rues et artères de la capitale sont, abandonnées au vide que seuls, en de rares moments, des véhicules des services de sécurité, piétons égarés, automobilistes en urgence ou chiens et chats errants viennent troubler d’une présence furtive.

Rabat by night en ce mois sacré est une ville de grande solitude où, comme dirait la chanson « tous les héros se sont pollués aux cheminées du crépuscule et leurs torrents se sont calmés » qu’au demeurant, ni la “Souika“, ni les Oudaïas et tout autre quartier, moderne, historique ou légendaire de la capitale ne sauraient contredire.

Reportage photographique Mounir Mehimdate

By Night Oudaïas Rabat Ramadan Souika Ville de grande solitude
Monde
Un jour dans le monde
dimanche 9 mai 2021 - 00:48

Un jour dans le monde

Monde
Algérie : 7 détenus du Hirak en grève la faim
samedi 8 mai 2021 - 21:11

Algérie : 7 détenus du Hirak en grève la faim

Monde
Levée des brevets de vaccins: Macron et Merkel contre-attaquent
samedi 8 mai 2021 - 18:01

Levée des brevets de vaccins: Macron et Merkel contre-attaquent

Monde
Coronavirus: L'UE se dote d'un nouveau contrat avec Pfizer-BioNTech avec 1,8 milliard de doses à la clé
samedi 8 mai 2021 - 15:05

Coronavirus: L'UE se dote d'un nouveau contrat avec Pfizer-BioNTech avec 1,8 milliard de doses à la clé

Monde
Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans
samedi 8 mai 2021 - 03:36

Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans