Coronavirus : Suspension des essais du vaccin AstraZeneca sur les enfants

07 Avr 2021 à 13:23 Monde
Coronavirus : Suspension des essais du vaccin AstraZeneca sur les enfants

L’Université d’Oxford a déclaré qu’elle avait suspendu un petit essai au Royaume-Uni testant le vaccin COVID-19 développé avec AstraZeneca chez les enfants et les adolescents, en attendant plus de données sur les rares problèmes de coagulation sanguine chez les adultes qui ont reçu le vaccin. 

L’interruption de l’essai est le dernier coup porté au vaccin, longtemps salué comme une étape importante dans la lutte contre la pandémie, après que plusieurs pays ont limité son utilisation à la lumière des rapports de problèmes médicaux après les inoculations.

S’il n’y a pas d’inquiétude concernant la sécurité de l’essai clinique pédiatrique, nous attendons des informations complémentaires du MHRA, le régulateur britannique, sur les cas rares de thromboses qui ont été rapportés chez des adultes, avant de procéder à de nouvelles vaccinations dans l’essai, a indiqué l’université britannique dans un communiqué.

Parents et enfants doivent continuer à se rendre aux visites prévues et peuvent contacter les sites où se tient l’essai s’ils ont des questions, a ajouté l’université.

L’université a annoncé en février qu’elle prévoyait d’inscrire 300 volontaires âgés de 6 à 17 ans, basés au Royaume-Uni, dans le cadre de cette étude.

L’Agence européenne des médicaments examine les rapports faisant état d’un caillot sanguin cérébral extrêmement rare connu sous le nom de thrombose du sinus veineux cérébral (CVST) après les injections d’AstraZeneca, et devrait annoncer ses résultats jeudi.

Un haut responsable de l’EMA a déclaré qu’il existe une association claire entre le vaccin et le CVST, bien que la cause directe des caillots soit encore inconnue.

L’Organisation mondiale de la santé, qui étudie de près les dernières données sur le vaccin d’AstraZeneca aux côtés d’autres régulateurs, a déclaré mardi qu’elle s’attendait à ce qu’il n’y ait aucune raison de modifier son évaluation selon laquelle les avantages du vaccin l’emportaient sur les risques.

Des discussions avec les gouvernements de toute l’Europe sur la production, les fournitures, les effets secondaires possibles et les mérites du vaccin ont harcelé le fabricant de médicaments anglo-suédois pendant des mois.

Coronavirus : Un responsable de l’EMA confirme un lien entre AstraZeneca et les thromboses