Coronavirus : Un responsable de l’EMA confirme un lien entre AstraZeneca et les thromboses

07 Avr 2021 à 03:36 Monde
Coronavirus : Un responsable de l’EMA confirme un lien entre AstraZeneca et les thromboses

Un haut responsable de l’Agence européenne des médicaments a déclaré qu’il existe un lien de causalité entre le vaccin contre le coronavirus d’AstraZeneca et les caillots sanguins rares, mais que le lien n’est pas clair et que les avantages de prendre le vaccin l’emportent toujours sur les risques de contracter par le Covid-19, rassure pour sa part l’OMS.

Marco Cavaleri, responsable des menaces pour la santé et de la stratégie vaccinale à l’agence basée à Amsterdam, a déclaré mardi au journal romain Il Messaggero que le régulateur des médicaments de l’Union européenne se préparait à faire une déclaration plus définitive sur le sujet cette semaine.

Interrogé sur les commentaires de Cavaleri, le bureau de presse de l’EMA a déclaré que son évaluation «n’était pas encore parvenue à une conclusion et que l’examen est actuellement en cours». Il a déclaré qu’il prévoyait une conférence de presse dès que l’examen serait finalisé, peut-être mercredi ou jeudi.

Sur la base des preuves à ce jour, Cavaleri a déclaré qu’il existe une association claire entre le vaccin AstraZeneca et les dizaines de caillots sanguins rares qui ont été signalés dans le monde parmi les dizaines de millions de vaccins AstraZeneca qui ont été administrés.

« Il est de plus en plus difficile d’affirmer qu’il n’y a pas de relation de cause à effet entre les vaccins AstraZeneca et les très rares cas de caillots sanguins associés à un faible taux de plaquettes », a déclaré Cavaleri.

La société pharmaceutique et l’Université d’Oxford, qui a développé le vaccin, ont annoncé qu’elles suspendaient l’essai de leurs injections chez les enfants tandis que les régulateurs britanniques enquêtaient sur le lien potentiel du caillot sanguin chez les adultes.

« Bien qu’il n’y ait aucun problème de sécurité dans l’essai clinique pédiatrique, nous attendons des informations supplémentaires » du régulateur britannique, a déclaré un porte-parole d’Oxford dans un communiqué.

Pour sa part, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a réitéré, mardi, son soutien à l’utilisation d’AstraZeneca, soulignant que les avantages du vaccin continuent de l’emporter largement sur ses risques.

« Ces avantages sont vraiment très importants en termes de réduction de la mortalité parmi les populations qui sont vaccinées », a souligné, Rogerio Pinto de Sa Gaspar, directeur de l’OMS chargé de la régulation, lors d’un point de presse consacré à la journée mondiale de la santé, estimant que les experts comme les médias avaient « trop » tendance à mettre l’accent sur les seuls risques.

En mars, plus d’une douzaine de pays, dont l’Allemagne, ont suspendu l’utilisation d’AstraZeneca en raison du problème des caillots sanguins.

La plupart des pays de l’UE ont redémarré le 19 mars – certains avec des restrictions d’âge – après que l’EMA a déclaré que les avantages du vaccin l’emportaient sur les risques de ne pas vacciner les personnes contre le COVID-19. À l’époque, l’EMA a recommandé que la notice du vaccin soit mise à jour avec des informations sur les caillots rares.

Algérie : 111ème mardi estudiantin, la jeunesse algérienne n’en démord pas