Maroc-Belgique : Hubs pour un partenariat économique vers l’Afrique et l’Europe

06 Avr 2021 à 20:45 Economie
Maroc-Belgique : Hubs pour un partenariat économique vers l’Afrique et l’Europe

Sous le thème «Maroc-Belgique & Grand-Duché du Luxembourg: hubs pour un partenariat économique vers l’Afrique et l’Europe », l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) a tenu un webinaire en collaboration avec la Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise au Maroc (CCBLM). La rencontre s’est tenue en présence de Hassan Sentissi, Président de l’ASMEX, Edwin Sluismans, Président de la CCBLM, Abdelaziz Mantrach, Vice-Président de l’ASMEX-CCBLM, le représentant de S.E.M. Marc Trenteseau, Ambassadeur du Royaume de Belgique au Maroc, ainsi qu’un panel d’experts spécialisés dans les échanges commerciaux entre l’Afrique et l’Europe.

Cité dans un communiqué de l’ASMEX, Abdelaziz Mantrach, Vice-Président de l’ASMEX-CCBLM a souligné que « la collaboration entre le Maroc et la région Belgo-Luxembourgeoise est une opportunité de créer des partenariats gagnant-gagnant et un partage de valeur entre nos pays”.  En effet, le Maroc est considéré comme un hub incontournable en provenance de l’Afrique vers l’Europe, ainsi qu’une porte d’entrée vers le marché africain. Et la Belgique et le Luxembourg se trouvent justement au carrefour des routes maritimes, routières et aériennes européennes et extracontinentales précise l’ASMEX.

La même source poursuit que des représentants des régions de la Wallonie, de la Flandre et de Anvers, véritables hubs économiques belges, ont souligné leur position centrale et leurs connections directes vers des milliers de ports dans le monde. Cité par l’ASMEX, l’ambassadeur du Royaume de Belgique au Maroc a déclaré dans une lettre adressée aux participants : “Il y a place pour une montée en puissance de nos pays respectifs et un développement important de nos activités vers l’Afrique et vers l’Europe« .

En effet, investir dans le hub marocain s’accompagne de nombreux avantages en termes d’accès à l’ensemble du continent africain estime l’ASMEX. Elle souligne qu’à travers la création de « joint ventures » et autres partenariats, les exportateurs belgo-luxembourgeois peuvent bénéficier de meilleurs tarifs portuaires ainsi que de zones franches exonérées de taxes, notamment en termes de stockage des marchandises. Les lignes routières et maritimes sont également facilitées, avec des délais rapides et une circulation logistique très intéressante, a expliqué Nicolas Rougerie, Directeur Commercial et Marketing de TIMAR.

Le Maroc se positionne donc comme un connecteur entre l’Afrique et l’Europe, estime l’association, et permet aux opérateurs européens de bénéficier d’une plateforme d’exportation vers les marchés africains. Les banques marocaines jouent également un rôle de locomotive et d’accompagnateur.

En outre, l’ASMEX et la CCBLM travaillent de concert afin d’encourager les échanges commerciaux entre les deux pays. En effet, la CCBLM a accompagné plusieurs dizaines d’entreprises marocaines vers le marché européen, notamment dans le secteur de la grande distribution indique l’association. Sluismans, cité dans le communiqué, a précisé que les produits marocains se sont montrés extrêmement compétitifs mais qu’il est néanmoins important pour les entreprises intéressées par ce marché de prendre en considération les processus de convergence réglementaire et les normes européennes.

L’Association Marocaine des exportateurs n’a pas manqué de rappeler que le Royaume du Maroc se positionne actuellement comme le 42ème client et le 51ème fournisseur de la Belgique. Les exportations de marchandises en provenance de Belgique vers le Maroc ont augmenté de 37% entre 2011 et 2019. Elles ont néanmoins connu une diminution de 12,9% entre 2019 et 2020, baissant de 981,7 à 854,9 millions d’euros. Les importations en provenance du Maroc ont quant à elles augmenté de 18,7% en entre 2019 à 2020, passant de 382,1 millions à 453,5 millions d’euros.

En termes des produits échangés, les marchandises les plus exportées par la Belgique vers le Maroc sont les métaux communs (22,2%), les machines et appareils (19,4%), et les produits chimiques (18,5%). En termes de services, les secteurs principaux sont les communications (27,9%), le transport (22,7%) et les services financiers (10,3%). Le Maroc, quant à lui, exporte essentiellement des produits chimiques (37,1%), du matériel de transport (18,3%) et des machines et appareils (10,5%). Le Royaume exporte également des services, notamment dans les secteurs du trafic touristique (45,4%), des communications (22,9%) et du transport (10,6%).

Selon Aziz Rabbah, les déchets miniers peuvent constituer une opportunité créatrice de richesse