Maroc : Encore une main tendue ! que va donc répondre l’Algérie ?

Maroc : Encore une main tendue ! que va donc répondre l’Algérie ?
lundi 5 avril 2021 - 20:54

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, au cours d’une conférence conjointe avec Madame la ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, Aïssata Tall Sall, à l’occasion de l’ouverture par la République du Sénégal d’un consulat général à Dakhla, a appelé ce lundi le Conseil de Sécurité de l’ONU à déterminer le responsable de la violation du cessez-le-feu et du blocage du processus politique pour trouver une solution au conflit autour du Sahara marocain.

« Le Conseil de Sécurité doit déterminer, en toute objectivité, qui viole quotidiennement le cessez-le-feu et qui a clamé sa fin, d’un côté, et de l’autre, qui s’attache à ce cessez-le feu (en référence au Maroc) et qui l’a annoncé au plus haut niveau par SM le Roi » a déclaré Bourita. Et d’ajouter,  « C’est le temps de la clarté. Ces ambivalences en termes de cessez-le-feu, de processus politique, d’appui à la Minurso et de soutien de l’exclusivité de l’ONU doivent êtres soulevées par le Conseil de Sécurité », rappelant qu’aujourd’hui, avec l’annonce de l’ouverture de deux consulats, le nombre de consulats généraux dans les provinces du sud s’élèvent à 21.

Le ministre a en outre souligné que le Maroc ne s’oppose pas à la nomination d’un Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, notant que le Royaume a répondu favorablement à la dernière proposition à ce sujet. « Qui entrave le processus de nomination d’un Envoyé personnel ? », s’est-il interrogé. « Il convient de définir les responsabilités, déterminer qui joue un rôle constructif, qui travaille avec sérieux et fait preuve de clarté dans les positions, et qui manipule, manœuvre et se contredit entre parole et acte ? Qui œuvre sous l’égide des Nations Unies et qui cherche à impliquer d’autres organisations, qui n’en veulent pas, au processus onusien ? », a-t-relevé, estimant que « ces contradictions doivent cesser ». Et de se demander « Si le dossier est entre les mains des Nations Unies, qui essaie alors d’y impliquer l’Union africaine ».

Mais ce n’est pas tout, une fois de plus, le Royaume a fait montre d’une main tendue à l’Algérie. « Si la véritable partie, qui est l’Algérie, fait montre de sérieux, le Maroc est alors disposé, mais s’il s’agit de manœuvre et de manipulation, le Royaume poursuivra son processus de réaffirmation de la marocanité du Sahara », a-t-il soutenu.

Nasser  Bourita a fait observer que « celui qui veut s’asseoir à la table pour trouver une solution dans le cadre du plan d’autonomie est le bienvenu… Sinon, qu’il continue à diffuser les chicaneries et les ambivalences », assurant que « le Maroc poursuivra son action sérieuse pour réaffirmer la marocanité du Sahara sur le terrain et par la diplomatie, et non par les délires et les mensonges ». « La marocanité du Sahara est un processus continu et irréversible », a-t-il insisté. Nasser Bourita a conclu que le Maroc considère que ce qui a été engrangé, sous la conduite du Roi Mohammed VI, sur le plan diplomatique et sur le terrain sont « des acquis qui doivent être investis pour trouver une solution, et c’est pour cette raison que le Royaume a œuvré pour la résolution de ce conflit dans l’unique cadre du plan d’autonomie ».

Voilà donc, il n’y a pas plus clair! Nasser Bourita, tend une fois de plus, au nom du Royaume la perche à l’Algérie en affirmant accepter des négociations directes avec « la réelle partie prenante », l’Algérie en l’occurrence. Cette dernière par la voix de son MAE, Sabri Boukadoum, le revendique à tout va et à tue-tête à qui veut bien l’entendre bien sûr.  Le Maroc est prêt, qu’en est-il de la partie prenante ? « Seules comptent des négociations avec Alger, car la vraie partie du conflit est l’Algérie », a souligné Nasser Bourita. Selon lui, la mobilisation tous azimuts du régime algérien « prouve, chaque jour, qu’il est impliqué directement dans ce conflit, car il abrite, finance et mobilise », des séparatistes contre l’intégrité territoriale du Maroc.

Par ailleurs, Sabri Boukadoum en évoquant  les droits de l’homme, s’est aventuré sur un terrain glissant. Nasser Bourita a qualifié ces propos de « désinformation » avant d’user d’ironie, « Alger est-elle en mesure de parler des droits de l’homme ? Au moins un tiers des rapports issus des missions de l’ONU n’a évoqué que ce sujet en Algérie. Ce n’est pas à Alger d’en parler. Ce pays est le dernier du peloton ». Suivons d’autres regards tant l’allusion, nous fait penser au peuple algérien qui, à chaque jour que Dieu fait, souffre le martyr, c’est le cas de le dire et est en proie, Hirak et autres mouvements obligent, à la répression, aux arrestations, à la torture, condamnations gratuites et contraires à l’équité, aux droits et à la justice ainsi que d’autres agissements tels les agressions sexuelles sur mineurs dans les établissements d’Etat, comme dernièrement dans un commissariat d’Alger.

Algérie Conseil de sécurité Consulat Dakhla Main tendue Maroc Nasser bourita ONU Sénégal
Monde
Banni définitivement de Twitter et de Facebook, Donald Trump crée sa propre plate-forme
mercredi 5 mai 2021 - 20:02

Banni définitivement de Twitter et de Facebook, Donald Trump crée sa propre plate-forme

Monde
Espagne: L'étau de resserre autour de Brahim Ghali
mercredi 5 mai 2021 - 14:55

Espagne: L'étau de resserre autour de Brahim Ghali

Monde
Algérie: Quand le pouvoir voit la menace étrangère et le complot partout
mercredi 5 mai 2021 - 14:38

Algérie: Quand le pouvoir voit la menace étrangère et le complot partout

Monde
Vaccin Sinopharm: Vers une homologation finale de l'OMS
mercredi 5 mai 2021 - 13:18

Vaccin Sinopharm: Vers une homologation finale de l'OMS

Monde
Super Ligue: Gianni Infantino ne veut plus sanctionner les 12 clubs
mercredi 5 mai 2021 - 12:39

Super Ligue: Gianni Infantino ne veut plus sanctionner les 12 clubs