ENSAM : Les étudiants ont finalement eu gain de cause après l’adoption du projet de décret N° 2.21.10

07 Avr 2021 à 10:48 Société
ENSAM : Les étudiants ont finalement eu gain de cause après l’adoption du projet de décret N° 2.21.10

Belle victoire que celle réalisée par les étudiants de l’École nationale supérieure des arts et des métiers (ENSAM). Ils ont en effet eu gain de cause après de nombreux débrayages (grèves, sit-in), le gouvernement ayant finalement répondu favorablement à leur dossier revendicatif. 

La cause du mécontentement de cette catégorie d’étudiants, faut-il le rappeler, était le décret n°2.20.210 approuvé par le ministère de l’éducation nationale et qui prévoyait le transfert nominatif de l’Ecole normale des professeurs de l’enseignement technique (ENSET) à l’École nationale supérieure des arts et des métiers (ENSAM). La coordination nationale des étudiants en arts et métiers avait donc appelé à maintes reprises le ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, Said Amzazi, à renoncer à cette décision. Chose faite.

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi 1 er avril à Rabat en visioconférence, a adopté le projet de décret N° 2.21.10 complétant et modifiant le décret N° 2.20.210 (du 18 janvier 1998) relatif aux institutions et cités universitaires.

Ce décret vise à permettre aux étudiants relevant de l’École normale supérieure de l’Enseignement technique de Rabat, avant la publication du décret portant modification de sa dénomination à l’École nationale supérieure d’Arts et Métiers, d’obtenir leurs certificats nationaux émis par l’institution universitaire concernée selon son ancienne dénomination.

La coordination nationale des étudiants en arts et métiers à l’ENSAM a ainsi exprimé auprès de  Hespress Fr, sa joie face à ce succès en énumérant les termes de l’accord conclu avec leur tutelle lors de leur dernière réunion.

Il s’agit de l’adaptation de la formation de l’École normale des professeurs de l’enseignement technique (ENSET) aux principes et spécificités de la formation des arts et métiers à travers, l’annulation du DUT ainsi que l’adoption du cycle préparatoire intégré.

Le ministère de l’enseignement supérieur a également donné son accord pour la création d’une coordination nationale des arts et métiers composée de représentants des associations des lauréats de l’ENSAM, des étudiants et de tout les acteurs au sein des écoles d’arts et des métiers afin de participer à n’importe quelle stratégie ministériel au futur, qui concerne les écoles d’arts et métiers.

De plus, il a été conclu d’avoir la possibilité d’adopter l’examen écrit à partir de la prochaine année universitaire et d’arrêter l’augmentation du nombre des étudiants qui accèdent aux écoles d’arts et de métier tout en travaillant avec les universités concernés pour l’amélioration de la qualité de la formation dans les écoles d’arts et des métiers.

Pour rappel, la Coordination contestait la création d’une nouvelle école d’arts et de nouveaux métiers « sauf si cette décision est élaborée de manière rationnelle et adaptée au marché du travail » , nous avait expliqué Fatima-Zahra de l’ENSAM Casablanca.

Elle avait relevé à ce propos que les étudiants de l’ENSAM espèrent que le budget alloué pour la création d’une nouvelle école soit utilisé pour améliorer la qualité de la formation au sein des deux écoles de l’ENSAM, Casablanca et Meknès, ou encore changer l’emplacement de l’ENSAM Casablanca, qui se trouve dans une zone qui connaît l’absence de sécurité (vol, harcèlement public …) en plus du prix élevé du loyer pour des appartements bas de gamme et qui se situent dans des quartiers populaires. Des propositions ont été soumises au ministère de l’éducation nationale, mais sans réponse, souligne l’étudiante.

Pour mieux comprendre ce mouvement des étudiants de l’ENSAM et leur mécontentement, il convient de rappeler que l’ENSAM est une école qui forme des ingénieurs d’Etat dans plusieurs filières et domaines techniques et mécaniques, et ne dispense aucunement une formation d’art.

Pour y accéder, une moyenne de 16/20 ou plus est exigée, plus un concours d’accès. Mais pour accéder à l’ENSET, Mohamed Khalladi de l’ENSAM Meknès nous indique qu’on peut le faire avec une moyenne normale au Bac. Selon notre interlocuteur, les conditions d’accès et la formation à l’ENSAM restent différents de ceux de l’ENSET.

Et vu que le décret n°20.210 reconnaît la poursuite de la même formation de l’ENSAM à l’ENSET, les étudiants de l’ENSAM avaient estimé inconcevable de délivrer le nom de leur école à une autre, en accordant à ses étudiants le même diplôme d’ingénieur d’Etat sans pour autant avoir suivi une formation d’ingénieur.

Ils évoquaient une violation du principe de l’égalité des chances, et promis de maintenir la pression  jusqu’à résolution de ce point. C’est aujourd’hui chose faite!

Prison Al Arjat 2 : Première au Maroc, un détenu soutient sa thèse de doctorat en sciences juridiques